RMC

Autoroutes: une loi pour faire baisser le tarif du péage en cas de travaux?

Il a déposé une proposition de loi en ce sens. Pour lui, le service payé n’est pas totalement rendu lorsqu’il y a des travaux.

Payer moins cher l'autoroute en cas de travaux. C’est ce que souhaite le député LaREM de la Loire, Julien Borowczyk. Il a déposé une proposition de loi en ce sens. Pour lui, le service payé n’est pas totalement rendu lorsqu’il y a des travaux.

Alors que les usagers empruntent les voies rapides pour raccourcir la durée de leur trajet, si la vitesse baisse, la durée augmente. Et donc le prix doit changer dans ces cas-là selon le député Julien Borowczyk.

“À partir du moment où on a privatisé les autoroutes, ils n’investissent plus sur les nouveaux tronçons, ils investissent simplement sur l'entretien. À partir de ce moment là, il y a un service qui doit être rendu et s’il ne l’est pas complètement, moi j’estime que le tarif doit être modelé pour que lorsqu’il y a un certain nombre de kilomètres de ralentissement on le défalque sur le prix total”, explique le député.

Il précise que l’idée n’est pas d’aller à la gratuité. “Je reconnais l’intérêt des autoroutes, je reconnais qu’il faut investir tous les jours pour entretenir le réseau autoroutier donc c’est normal de payer. Mais on pourrait partir sur une base de 15 à 20% de baisse dès qu’il y a des travaux et après en fonction du nombre de kilomètres baisser d’autant le prix du péage”, précise-t-il sur RMC.

Aucun impact pour l'automobiliste

Mais pour Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, il s’agit d’une mesure populiste qui n’aura aucun impact positif pour les automobilistes.

“C’est une fausse bonne idée. L’impact sur le ticket d’autoroute sera infime. Par contre la société d’autoroute, elles vont devoir reparamétrer les machines et ça, elles le répercuteront sur l’usager. Donc au final on se retrouvera avec une mesure qui fait gagner 10-15 centimes et qui en fait perdre autant. Donc une mesure qui ne sert à rien”, assure-t-il.

Le 1er février dernier, les tarifs des autoroutes françaises ont augmenté entre 0,30 % et 0,65 %. 

Guillaume Decours