RMC
Exclusivité

Carburant: la CGT confirme la poursuite de la grève chez Total

Dans "Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole à la CGT, confirme la poursuite de la grève chez Total.

La grève continue chez Total. Selon les informations de RMC, elle a été reconduite à 5h ce lundi et un nouveau point sera fait avec les grévistes à midi. "Je confirme que la grève va se poursuivre aujourd’hui, même si la coordination CGT Total va se réunir ce matin (lundi) pour apporter une réponse au communiqué qu’a fait Total ce week-end. Pour l’instant, on n’a pas de date de négociation, ni de première proposition", explique Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole à la CGT, dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story.

"Les salariés n’ont plus confiance dans les promesses"

"On est conscient de l’impact négatif, reconnait Emmanuel Lépine. La cause de cette situation, c’est l’immobilisme des directions des compagnies pétrolières, ExxonMobil et Total. Les salariés n’ont plus confiance dans les promesses. On souhaite qu’il y ait l’ouverture des négociations et des propositions, avant de lever la grève. Il y a déjà eu beaucoup de promesses qui n’ont pas tenues. Les demandes, elles existent depuis mars 2022. On nous a déjà dit qu’on allait faire l’ouverture de négociations, d’abord avant l’été et ensuite, au mois de septembre. Pour la branche pétrole, il a été décidé une application au 1er janvier. On a une perte de pouvoir d’achat énorme, comme tout le monde, pour 2022. On connait l’inflation. Ce qu’on demande, c’est déjà un rattrapage pour 2022 et un relèvement pour 2023."

"Ce n’est pas du tout une grève préventive"

Au 14e jour de grève dans les raffineries, la CGT déplore encore l'absence de négociation de la part de la direction de Total. "Ce n’est pas du tout une grève préventive, assure Emmanuel Lépine. C’est une grève de dernier recours. Il y a déjà eu des alertes, des demandes, des exigences d’ouverture de négociation, depuis le mois de mars. Malheureusement, c’est resté lettre morte. On a fait des menaces et il y a déjà eu des grèves chez Total, en juin, en juillet, en septembre… Finalement, les grévistes ont décidé de continuer le mouvement. Et c’est pour ça qu’on est là, parce qu’en face de nous, on a un mur. Pour discuter, négocier, il faut être deux."

LP (avec LB)