RMC

Contrats XXL pour Airbus, qui finit l'année en fanfare et coiffe au poteau son rival Boeing

L'avionneur européen Airbus a signé des contrats majeurs ces derniers jours et se donne du travail pour la prochaine décennie.

508: c'est le nombre de commandes cumulées par Airbus cette année. Le constructeur finit 2021 en fanfare et met KO son concurrent américain Boeing en lui piquant ses clients avec deux contrats XXL signés ces derniers jours.

D’abord la compagnie australienne Qantas, qui tourne le dos à Boeing et signe avec Airbus pour 134 avions. Et puis la commande record d’Air France-KLM: 168 appareils pour une valeur estimée de plus de 13 milliards de dollars.

Deux grosses victoires commerciales pour l’avionneur européen qui lui permettent de dépasser Boeing dans la dernière ligne droite de 2021, avec donc 508 commandes fermes contre seulement 457 pour l’Américain.

Comment expliquer ce succès?

Pour la commande historique d’Air France, il se murmure que l’intervention de l’Etat français a pu faire pencher la balance du côté de l’européen Airbus.

Après les milliards d’euros d’aides versés par le gouvernement, on peut facilement l’imaginer. Mais plus globalement, ce qui a fait la différence, c’est dans un premier temps la stratégie industrielle et commerciale. Boeing n’a pas su se moderniser, au contraire d’Airbus, qui vend des avions plus performants, plus écolos, moins coûteux et moins bruyants.

Et dans un second temps, la différence s'est faite sur les capacités financières. Boeing n’a plus de trésorerie et a donc du mal à consentir à des ristournes à ses clients, comme le fait Airbus.

Du boulot pour une décennie

Les prochaines années s’annoncent donc sans nuage pour Airbus. L’avionneur européen a du travail jusqu’à la fin de la décennie ! Désormais, le défi va consister à livrer ses clients à temps et à convaincre d’autres clients potentiels qu’il peut les fournir malgré un carnet de commande qui déborde.

Le groupe prévoit d’augmenter les cadences de 40 avions fabriqués par mois à 70 à terme. Une bonne nouvelle pour les 135.000 salariés européens du groupe. 49.000 en France, 45.000 en Allemagne, 12.000 en Espagne et 11.000 au Royaume-Uni.

>>> A LIRE AUSSI - La France va devoir importer de l'électricité cette semaine... et ça va coûter cher

Victor Joanin (édité par J.A.)