RMC

L'Etat n'investit pas assez dans l'entretien des routes selon un rapport

17% du réseau routier présente un état de dégradation sérieux selon un rapport du ministère des Transports. L'Etat investit 800 millions par an alors qu'il en faudrait 1 milliard. Si rien ne change 60% des chaussées seront dégradées dans 20 ans.

Vous serez encore une fois nombreux au volant ce week-end. Attention aux nids de poules ! Un rapport mis en ligne fin juillet sur le site du ministère des Transports a évalué l'état des routes en France, et ses conclusions sont préoccupantes.

Et ce rapport est consacré aux routes nationales et aux autoroutes gérées par l'Etat. 12 000 km de bitume. Bilan : 17% du réseau présente aujourd'hui un état de dégradation plus ou moins important, et 7% des infrastructures comme les ponts et tunnels nécessitent des travaux de rénovation.

Un tiers et des ponts et tunnels nécessitent une réparation

L'Etat n'investit pas assez dans l'entretien, dénoncent les auteurs du rapport. 800 millions d'euros sont prévus chaque année, alors qu'il en faudrait 1 milliard pour que les routes restent praticables. Si rien ne change, plus de 60% des chaussées seront très dégradées dans 20 ans.

La situation des 12 000 ponts sur le réseau national est encore plus inquiétante : un tiers nécessite des réparations. Et le problème, c'est qu'en matière d'infrastructures routières, réparer coûte 20 fois plus cher qu'entretenir en prévention, selon les spécialistes.

Mais au delà des questions d'argent, c'est surtout une question de sécurité routière : difficile de mesurer les conséquences du mauvais état des routes sur la mortalité, les études récentes se concentrent sur le comportement des conducteurs (l'alcool, la vitesse), pas sur les infrastructures. Les derniers chiffres datent de plus de vingt ans, un rapport sénatorial estimait à l'époque que près de la moitié des accidents étaient liés à l'état de la route.

Victor Joanin (avec J.A.)