RMC

Mort d'Emiliano Sala: "Le pilote n'aurait jamais du piloter ce genre de machine"

La trajectoire de l'avion

La trajectoire de l'avion - Capture d'écran RMC

Le premier rapport de l'AAIB, l’organe chargé d’expliquer les accidents aériens pour le gouvernement britannique, ne relève pas de problèmes techniques mais met en doute la capacité du pilote à piloter l'appareil.

C’est la première étape de l’enquête sur la mort d'Emiliano Sala. L’AAIB, l’organe chargé d’expliquer les accidents aériens pour le gouvernement britannique, a rendu un premier rapport d'étape sur le crash du Piper Malibu qui transportait le footballeur de Nantes à Cardiff. Ce rapport public long de 16 pages expose en détail tous les éléments à disposition des enquêteurs à l’heure actuelle.

Les nouvelles photos témoignent de la violence du crash: l’épave est déchirée en trois morceaux, le moteur est séparé du poste de pilotage, l’avant et l’arrière du fuselage sont sectionnés et la cabine est entièrement broyée.

Aucun problème technique

Le rapport raconte les dernières minutes du vol Nantes Cardiff. L’avion traverse de fortes pluies et le pilote se plainte à plusieurs reprises de la mauvaise visibilité lorsque le Piper Malibu se met à chuter très vite effectuant un virage à 180 degrés avant de disparaître des radars.

Si les enquêteurs n’ont relevé aucun problème technique, assurant que l’avion était bien entretenu, ils s’interrogent sur le pilote. Rien n’indique pour le moment que David Ibbotson avait la licence pour effectuer un vol commercial avec un passager. Le pilote n’aurait pas eu la qualification pour voler aux instruments. "Il n’aurait pas dû piloter ce genre de machine", explique un expert indépendant en aéronautique.

Les enquêteurs estiment que la licence et le registre du pilote ont été "perdus avec l'avion" qui repose dans la Manche par plus de 67 mètres de profondeur.

Jean-Baptiste Bourgeon (avec Guillaume Dussourt)