RMC

16% des Français de plus de 15 ans ont déjà été victimes de piratage sur internet

Selon les résultats d'un baromètre digital BNP Paribas-CSA Research pour RMC et Libération publié ce vendredi, un peu plus d'un Français sur dix (16%) a déjà été hacké au cours des douze derniers mois, soit pour des vols de données (à 41%), soit pour des extorsions d'argent (37%), et plus rarement pour usurpation d'identité.

Nous prenons très souvent des risques sur Internet. C'est ce que révèle un baromètre BNP Paribas-CSA Research pour RMC et Libération publié ce vendredi. Selon cette enquête, 16% des Français ont en effet déjà victimes de piratage sur Internet au cours des douze derniers mois. Elles l'ont été soit pour des vols de données (à 41%), soit pour des extorsions d'argent (37%), et plus rarement pour usurpation d'identité. Pourtant, seule une victime sur trois de ces piratages fait un signalement à la police. La majorité se contente de se faire rembourser par leur banque en cas de vol.

RMC a rencontré l'une de ces victimes. Pas de jeu en ligne, pas de réponse à des mails suspects, Adrien se pensait protégé et pourtant, il y a 10 jours, il reçoit un texto de sa banque, qui le met en alerte. "J'ai reçu un SMS me disant que j'avais un paiement sur la plateforme Playstation. Là, j'ai tout de suite compris que je m'étais fait pirater ma carte bancaire. J'ai appelé ma banque qui m'a dit que ce n'était pas la peine de porter plainte vu que c'est elle qui a une assurance et qui va me rembourser".

"Ça peut arriver à n'importe qui"

La banque lui remboursera en effet l'intégralité du montant du préjudice. Reste à savoir comment les pirates se sont procurer les numéros de sa carte bleue. "Sur Internet, quand je paye c'est sur des grosses plateformes. Ça veut dire que ce genre de chose peut arriver à n'importe qui". Alors comment limiter les risques de piratage? Les conseils de Damien Bancal, spécialiste de cybercriminalité.

"Il faut d'abord mettre à jour son ordinateur comme son téléphone. Ensuite, deuxième rempart, il ne faut pas hésiter à utiliser un anti-virus et ne pas cliquer sur n'importe quel lien reçu par courrier électronique", avertit-il. Enfin, il est fortement déconseillé d'utiliser toujours le même mot de passe comme le font pourtant 48% des Français.

M.R avec Claire Checcaglini