RMC

Monaco est déjà équipée de la 5G: comment ça se passe?

REPORTAGE RMC - La principauté de Monaco est déjà passée à la 5G. Tour d'horizon de l'accueil de cette technologie controversée.

Une technologie d'avenir qui doit permettre d'accompagner grâce à son très haut débit le développement des entreprises, de la médecine ou encore des objets connectés... Mais une technologie décriée par ses détracteurs qui lui reprochent d'être énergivore mais aussi d'émettre des ondes nocives pour la santé. Alors que penser de la 5G ?

A Monaco, le réseau est déjà en place depuis plus d'un an. 18 antennes ont été installées dans la Principauté. Les clients sont encore minoritaires car il faut s’équiper de portables compatibles. Ce sont les institutions et les entreprises qui perçoivent son fort potentiel pour l’avenir.

"Un gain de temps énorme et aussi des économies sur la batterie du téléphone"

Il y a un an, Jérôme s’est équipé d’un portable Huawei, compatible avec la 5G, et ça n’a rien avoir avec la 4G selon lui. Le chargement des vidéos, des films, séries est immédiat, pareil pour l’envoi de fichiers.

"On voit la différence de rapidité pour le téléchargement. Je partage énormément de dossiers assez volumineux. Un transfert qui va durer quelques secondes sur la 5G va prendre plusieurs minutes sur la 4G. Donc un gain de temps énorme et aussi des économies sur la batterie du téléphone."

Une utilisation qui reste limitée pour les particuliers, mais en plein essor pour les entreprises comme Vizua, spécialisée dans le multimédia. Sylvain Ordureau, fondateur de l'entreprise, assure que pour son programme de préparation d'interventions chirurgicales tout est "plus rapide, plus confortable et plus précis" avec des images partageables en temps réel avec des assistants.

Ce chef d’entreprise a d’ailleurs installé son siège à Monaco pour bénéficier de cette technologie, déjà considérée comme une vraie révolution.

"On avait déjà des pistes de développement dans le secteur du patrimoine ou du médical, mais ça explose sur la partie 'smart city', la ville intelligente. Ca peut être la circulation, la consommation électrique, la consommation téléphonique... Tous ces domaines qui n'étaient pas forcément importants au départ commencent à se démocratiser et vont permettre de développer des applications qu'on n'imaginait pas jusqu'à aujourd'hui."

"Nous ne voulons pas être des cobayes"

Près d’une vingtaine d’antenne 5G ont été installées en Principauté, notamment à côté d’écoles. Pas très rassurant pour Jean-François Fabre, membre de l’association Monaco 5G.

"La question qu'on se pose : est-ce que la santé doit passer avant le business? L'OMS a classé les ondes électromagnétiques en catégorie 2B, c'est à dire cancérigène possible. Plus vous montez en fréquence, plus la portée est courte. Donc actuellement pour faire du 26 gHz, il faudrait une antenne tous les 100 mètres.
A Monaco, ou du moins notre association, nous ne voulons pas être des cobayes. On souhaite que Monaco soit le premier pays sur le développement des ondes millimétriques. On ne veut pas retourner à l'âge de pierre, mais on ne veut pas non plus apprendre un jour que nos enfants ont des cancers dûs aux ondes électromagnétiques."

Avec le déploiement de la 5G, Jean-François Fabre redoute une surveillance accrue et la collecte de données privées destinés à des fins commerciales.

Kelly Vargin (avec J.A)