RMC

"Un policier me tapait avec la pointe de ses pieds dans mon visage": Gabriel, 14 ans, blessé lors d’une interpellation, livre sa version des faits

Gabriel a été entendu jeudi matin par l'IGPN. Il a livré sa version des faits de cette nuit du 25 au 26 mai dernier. Une version, qui diffère de celle donnée par les policiers.

Il s'exprime pour la première fois. Gabriel, 14 ans, gravement blessé à l'œil lors d'une interpellation à Bondy en Seine-Saint-Denis, il y a 10 jours, assure que des policiers qui l'ont arrêté l'ont frappé au visage à coups de pieds.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour "violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique" et une plainte a été déposée à l'IGPN par la famille de Gabriel.

Le préfet de police de Paris a également saisi l'IGPN le 30 mai dans le cadre d'une procédure administrative, en parallèle de l'enquête judiciaire.

"C'est là qu'ils m'ont tapé"

L'adolescent qui souffrait d'une fracture maxillaire étendue à l'os de l'œil gauche a subi une opération qui pourrait lui permettre de conserver la vue. Il est sorti de l'hôpital ce vendredi. Il s'était vu prescrire 30 jours d'interruption totale de travail

Il est environ 2 heures du matin quand Gabriel, 14 ans, tente de voler un scooter avec un ami. Quatre policiers le repèrent et l'interpellent. Selon Gabriel, une fois menotté, l'un d'eux le frappe au visage. 

"On m’a attrapé, je leur dis 's'il-vous-plaît je me rends'. C'est là qu'ils m'ont tapé. Ils m'ont mis à terre et m'ont mis les menottes. Il y en a un qui a mis ses pieds. Il a mis ses genoux sur mon dos et il y a une femme qui m'a tenu les pieds pendant qu'un policier barbu me tapait avec la pointe de ses pieds dans mon visage".

"Je n’arrive pas à croire qu’ils mentent de cette manière"

La version des fonctionnaire diffère: selon eux un policier tombe au sol avec Gabriel alors qu'il le plaque, puis un deuxième trébuche sur eux et heurte Gabriel sur le haut du corps. Une chute accidentelle, à laquelle ne croit pas Gabriel

"Je n’arrive pas à croire qu’ils mentent de cette manière. Ca ne s’est pas passé comme ça. Ils m’ont tapé, je sais que je ne suis pas tombé et qu’ils m’ont tapé. Certes c’était une bêtise mais ce qu’ils ont fait sur moi, je n’arrive pas à le penser". 
Un témoignage recueilli par David Perrotin pour Loopsider (avec Gwladys Laffitte)