RMC

Une société de jeux vidéo chinoise nomme une intelligence artificielle comme PDG

Tang Yu, une intelligence artificielle, a été nommée PDG de NetDragon Websoft, une grande société de jeux vidéo chinoise. Une nomination qui comporte de nombreux avantages, car ce robot peut travailler 24h sur 24 et 7 jours sur 7 sans toucher aucun salaire.

C’est la nouvelle présidente d’une société de jeux vidéo en Chine. Elle s’appelle Tang Yu et elle a une particularité. Elle n’existe pas. C’est un robot, ou plutôt une intelligence artificielle.

Tang Yu va diriger une filiale du géant chinois du jeu vidéo NetDragon Websoft. Sur les images dont on dispose, elle affiche un air très strict, un costume sévère, et une coupe de cheveux impeccable. Mais elle a déjà fait ses preuves.

En 2017, la société avait décidé de confier des responsabilités à une machine. Le personnage virtuel de Tang Yu avait été créé et nommé numéro deux de l’entreprise qui compte plusieurs milliers de salariés. Le patron restait donc un humain, mais il déléguait une partie de ses tâches à un robot. Et ça s'est bien passé visiblement puisque l’intelligence artificielle vient de prendre du galon et d'être officiellement nommée PDG.

Une économie de salaire

Bien évidemment, ce robot ne fait que ce pourquoi il a été programmé. Et les dirigeants de la maison-mère peuvent à tout moment reprendre la main. Mais le robot effectue vraiment un certain nombre de tâches d’un PDG.

Elle peut approuver ou rejeter les suggestions de ces subalternes. Elle peut signer des documents. Elle peut évaluer les performances des salariés et par conséquent décider qui doit recevoir une augmentation de salaire ou au contraire qui doit être sanctionné. Et elle parle, pour expliquer ses décisions.

Tout cela, Madame Yu le fait, sans états d'âme, puisqu’elle n'a pas d'état d'âme. Elle est une sorte de PDG dont l’objectivité ne peut pas être contestée. Elle présente aussi l’avantage de travailler 24h sur 24, 7 jours sur 7. Et tout cela pour un salaire de zéro. C’est donc tout bénef.

Nicolas Poincaré