RMC

"Le prestige de la France depuis 15 ans a régulièrement décliné", selon Pascal Boniface

Jeudi, Roselyne Bachelot se demandait dans son émission si la France avait bel et bien perdu de son rayonnement dans le monde. C'est en tout cas l'avis de Pascal Boniface, chercheur, directeur et fondateur de l'Iris.

"La France a perdu de son rayonnement et de sa splendeur". C'était le thème de 100% Bachelot jeudi. Et c'est aussi l'avis de Pascal Boniface, directeur et fondateur de l'Iris. Pour le chercheur, l'influence de la France dans le monde s'est considérablement réduite ces dernières années. Et pourtant, "je ne suis pas du tout un décliniste", assure-t-il. "J’ai écrit de nombreux articles ou livres contre cette thèse d’un déclin éternel qui remonte à la Guerre de 100 Ans. Il y a un genre littéraire qui s’appelle la déploration qui dit que la France est foutue. Je n’appartiens pas du tout à cette école, que je combats plutôt".

Malgré tout, Pascal Boniface assure que "depuis disons 15 ans, il y a un avant et un après". "En 2003, être Français, dans le monde, c’était formidable. On était reçu avec des pétales de rose partout, grâce à un prestige qui datait de loin dans l’Histoire. Mais aussi grâce au refus extraordinaire de la guerre en Irak de Jacques Chirac, qui montrait que la France pouvait rester ferme sur ses principes et affronter la superpuissance. Depuis, le prestige, l’image de la France a régulièrement décliné. Alors qu’on était extrêmement populaire dans le monde entier, maintenant on nous demande des comptes sur notre intolérance. Et on est moins visible, parce que notre diplomatie est moins éclatante qu’aupravant ».

100% Bachelot (avec AM)