RMC

Une ambition intime: Pour Roselyne Bachelot, "c'est amour, gloire et beauté"

Pour Roselyne Bachelot Une ambition intime est "une émission politique désastreuse".

Pour Roselyne Bachelot Une ambition intime est "une émission politique désastreuse". - RMC

Une ambition intime, la nouvelle émission de M6 présentée par Karine Le Marchand a réunit dimanche Nicolas Sarkozy, Arnaud Montebourg, Bruno Le Maire et Marine Le Pen, invités à se dévoiler. Une émission qui ne sert pas la politique estime Roselyne Bachelot pour qui le programme relevait davantage du divertissement.

Roselyne Bachelot, ancienne ministre de la Santé, présentatrice de 100% Bachelot sur RMC.

"C'est une très belle émission, très bien réalisée avec une Karine Le Marchand en pleine forme, belle, drôle et sympathique. C'est une très belle émission de divertissement mais une émission politique désastreuse. C'est amour gloire et beauté! Les hommes politiques s'exposent dans un domaine où ils n'ont pas à s'exposer: leur vie privée. Jamais je n'aurais participé à cette émission.

C'est vrai que Karine Le Marchand n'a pas découvert ce type d'émission qui s'intéresse à la vie privée des politiques. Mireille Dumas ou Catherine Ceylac ont déjà pris ce chemin, mais on arrive là à un stade ultime de scénarisation.

"Une ambiance très luxueuse, très grande bourgeoisie"

La question autour de ce programme c'est surtout est-ce que cela rend les politiques plus humains? J'ai des doutes. D'abord parce qu'il s'agit quand même d'une ambiance très luxueuse, très grande bourgeoisie. Je doute que les Français sentent une proximité se créer avec eux en voyant ça. Ensuite c'est un exercice extrêmement narcissique, on voit les politiques parler d'eux-mêmes. J'ai l'impression que les Français préféreraient qu'on parle d'eux plutôt que de ceux qui sont des privilégiés. Une fois cette émission passée, je me trompe peut-être, mais est-ce que les Français se sentiront plus proches des politiques? Je ne crois pas.

Et puis je connais trop ces politiques. En vérité, je n'y crois pas. Ces hommes politiques je les ai côtoyés dans une intimité relative, hors des caméras. Je sais comment ils réagissent, comment ils se comportent. On ne peut pas me pigeonner! C'est un exercice très contrôlé et qui manque de sincérité.

A leur décharge, il suffit que l'un d'eux dise oui pour que les autres se sentent obligés de participer à cette émission, pour ne pas avoir l'air d'avoir quelque chose à cacher ou de manquer de spontanéité. Je sais qu'un certain nombre d'entre eux se sont sentis obligés d'y aller."

Carole Blanchard