RMC

Combot : "Pour le 112, pour l'instant, nous n'avons aucune garantie"

Le gouvernement prépare de plus en plus concrètement le terrain à de possibles coupures d'électricité, autrement appelés délestages. Les préfets ont reçu une communication officielle et un département pourrait être plongé dans le noir pendant deux heures en cas de forte tension. Y aura-t-il des exceptions pour les appels d'urgence ? "Aucune garantie" répond le directeur général de la Fédération Française des Télécoms Michel Combot, dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story : "Nous avons alerté le gouvernement depuis plusieurs mois sur les conséquences importantes des délestages tels qui sont envisagés. C’est-à-dire l'arrêt par zone entière, pour les particuliers et pour les antennes. Ce sont des conséquences importantes notamment pour l'acheminement des appels d'urgence. On travaille avec le gouvernement pour voir ce que nous pouvons conserver comme couverture, notamment pour le 112. Mais pour l'instant nous n'avons aucune garantie. Nous aurions aimé que les délestages visent des points précis, que les antennes soient préservées pour les numéros d'urgence. Dans des zones où des antennes existent à côté, les abonnés peuvent, par le 112, se raccrocher à une antenne. Mais dans les zones rurales, par exemple, avec des pilonnes espacés, il n'y a aucune possibilité. Notre demande est de mieux cibler ces délestages"