RMC

Olivier Dussopt est l'autre visage qui incarne cette réforme des retraites

Olivier Dussopt peut se vanter d'être le seul ministre à avoir traité le président de la république de “connard”. C'était en septembre 2014, Emmanuel Macron, tout juste nommé ministre de l’Economie, avait évoqué à la radio les ouvrières illettrées des abattoirs Gad. Olivier Dussopt l’avait traité de connard. Il l’avait croisé le jour-même à l’Assemblée et il lui avait dit : "Je suis député de l'Ardèche, ma mère est ouvrière, elle n’a aucun diplôme et ce matin, vous l’avez insulté".
Ensuite les deux hommes s’étaient reconciliés. L’actuel ministre du Travail est effectivement un fils d’ouvrier, qui a grandi à Annonay en Ardèche. Il a milité à gauche très jeune. Il a adhéré au Parti socialiste, où il a soutenu Benoît Hamon, puis Martine Aubry, puis Manuels Valls. En 2007, il a été élu député à 29 ans, il est le benjamin de l’Assemblée. Il est réélu en 2012 puis en 2017, toujours sous l’étiquette socialiste. Mais son destin bascule en octobre 2017 lorsqu'Emmanuel Macron lui propose d'entrer au gouvernement. Il accepte, se fâche avec beaucoup de ses amis, est exclu du PS, mais il fait son chemin au sein de la Macronie, où il passe pour le leader de l’aile gauche de la majorité.