RMC

Maltraitance animale: "Je blâmerais plus le consommateur que les abattoirs"

-

- - AFP

L'association L214 a de nouveau publié une vidéo insoutenable filmée clandestinement dans un abattoir de moutons, ce mardi. Parallèlement une commission d'enquête remettait ses conclusions sur le sujet. Pour Michel, artisan-boucher, ces problèmes de maltraitance sont aussi dû à la volonté de réduire les coûts à tout prix.

Michel est artisan-boucher depuis 35 ans. Il est naturellement offusqué par les vidéos choquantes de maltraitance animale. Mais selon lui, les consommateurs sont aussi responsables de ce système qui cherche à produire toujours moins cher.

"J'ai essayé de comprendre comment les autres faisaient pour avoir des prix aussi bas et quelles étaient les vraies différences. Tout tient à l'élevage et à l'abattage. Il faut quand même savoir que quand une bête est abattue, si elle est stressée ou maltraitée comme sur les vidéos que l'on voit, cela a un impact sur la viande.

Mais je blâmerai plus le consommateur que les abattoirs! Ce sont eux qui poussent à ces pratiques. C'est comme dans n'importe quel domaine: si vous achetez un t-shirt à 5 euros vous savez ce que vous achetez et dans quelles conditions ils ont été produits. Sinon c'est que vous êtes idiot ou que vous ne voulez pas voir! En France dans les abattoirs, on sait abattre, on sait élever, on sait nourrir les bêtes, c'est dans notre culture.

Si ces bêtes sont abattues comme ça, c'est que l'on tire sur les coûts de revient. On parle des caméras, mais pour surveiller l'ouvrier? Vous pensez que le patron de l'abattoir quand il voit que sur sa chaîne d'abattage on abat 150 bêtes au lieu de 100, vous pensez qu'il ne se pose pas de questions? Il se dit qu'il a embauché un surhomme? Il sait très bien que pour augmenter la capacité d'abattage le gars va frapper les bêtes pour qu'elles avancent plus vite, il balance les agneaux dans le couloir qui mène à la machine d'abattage. Quand un maquignon se pointe et dit 'il faut m'abattre 2000 bêtes', le gars est obligé d'accélérer et néglige la bête.

Après c'est sûr qu'il y a des sadiques quand on voit certaines vidéos. Mais au-delà de ça, les caméras, je ne sais pas si ça va aider. Le patron d'un abattoir voit très bien l'intérêt d'augmenter les capacités d'abattage et de ne pas suivre le cursus de la bête.

"Cette viande ne devrait pas être consommée"

Mais ces bêtes-là ne se retrouvent pas chez les artisans bouchers parce que ça impacte beaucoup trop la viande. On la retrouve chez les grossistes qui vendent aux restaurants parce que les consommateurs la voient seulement cuite, on la trouve dans les plats cuisinés ou dans les magasins bon marché où les gens se posent moins de questions. Mais cette viande ne devrait pas être consommée!

Un bon steak, ça vaut 20 euros le kilo minimum! Quand je vois des promotions dans des supermarchés avec des faux filets à 10 euros le kilo, c'est qu'il y a un souci. Certes, il y a des économies d'échelle mais il y a des limites!

Il faudrait que les consommateurs se disent qu'ils mangent un bon poulet par mois au lieu d'un mauvais chaque semaine".

PB