RMC

Mélenchon s'en prend à Doctolib: "Il préfère une administration publique incompétente qu'une entreprise privée compétente"

Le leader de La France Insoumise n'apprécie pas qu'une entreprise privée serve au gouvernement français pour permettre aux Français de prendre rendez-vous en vue d'une vaccination. Les "Grandes Gueules" en débattent.

Le leader de la prise de rendez-vous médical Doctolib, plébiscité par 40 millions de Français et deux autres plates-formes, ont été choisis par le gouvernement pour accompagner la campagne de vaccination française. Une décision qui a immédiatement fait réagir Jean-Luc Mélenchon le chef de file de la France Insoumise. Le double candidat malheureux à la présidentielle a déploré la décision du gouvernement de confier la prise de rendez-vous à une entreprise privée:

"Macron décide d'un partenariat avec Doctolib pour gérer les centres de vaccination. Une entreprise privée pourra donc ficher toutes les personnes passées par ses mains. Encore une fois mépris des services publics choix contraint du privé et des données de santé privatisées", a-t-il écrit sur Twitter.

"Le mastodonte qu'est l'administration française ne marche pas"

Dans la foulée, Doctolib a répondu à Jean-Luc Mélenchon assurant que les données des utilisateurs étaient "sécurisées" et "utilisées uniquement pour la prise de rendez-vous". La plate-forme a également assuré le député être une entreprise française employant 1600 personnes et utilisées par 42 millions de personnes.

"Il préfère une administration publique incompétente qu'une entreprise privée compétente, c'est dans la logique para-communiste", croit savoir Gilles-William Goldnadel. "Quand c'était l'administration qui gérait les premiers vaccins on a vu le résultat, heureusement que quelqu'un prend le truc en charge, en plus c'est un fleuron français. On devrait dire 'Alleluia', plutôt que de critiquer", estime de son côté Didier Giraud. 

"Doctolib marche bien mais ça prouve la faillite de l'Etat français qui pour mettre en place sa campagne de vaccination fait appel à des boîtes de conseil privées et à une plate-forme privée pour prendre les rendez-vous. Cela démontre que le mastodonte qu'est l'administration française ne marche pas. Je trouve bien cependant qu'ils aient compris leurs propres carences!", juge Marie-Anne Soubré.
Guillaume Dussourt