RMC

Prisons: "A la prison de la Santé, on n'oserait pas y parquer des troupeaux"

Plusieurs associations ont demandé aux députés de ne pas construire de prisons. Elles estiment que cela pourrait nuire aux initiatives de réinsertion. Didier, sous-directeur d'administration pénitentiaire, est du même avis. Il explique pourquoi chez les GG ce vendredi.

Dix-sept associations de défense de droits de l'homme et organisations professionnelles ont demandé jeudi aux députés de ne pas financer le volet du budget 2017 prévoyant la construction de prisons, un projet "coûteux et contreproductif" selon elles.

Les organisations redoutent que l'accompagnement des démarches d'insertion des détenus, les alternatives à la prison et les aménagements de peine, "plus efficaces en matière de prévention de la récidive", ne pâtissent de cette orientation décidée par M. Urvoas.

Didier, sous-directeur d'administration pénitentiaire est aussi de cet avis. Il estime que les prisons vétustes doivent être remplacées, rappelant en passant qu'"à la prison de la Santé, l'association de défense des animaux n'oserait pas parquer des troupeaux". "Il y a des endroits où l'on vit en prison qui relève plus du temps médiéval que du temps moderne", insiste-t-il.

Il déplore également l'automatisation systématique dans les nouvelles prisons: "Dans des prisons high tech avec des centaines de caméras, les surveillants n'ont plus de contacts avec les détenus. Quand vous n'avez plus d'hommes devant ceux qui sont enfermés, ce n'est pas là que vous facilitez la réinsertion", estime aussi Didier.

P.B. avec les GG