RMC

Réouverture des restaurants: "Il faut qu’on ait une date trois semaines, un mois à l'avance", estime le chef Damien

Le nouveau visage des "Grandes Gueules" estime qu'il s'agit là d'un délai nécessaire pour organiser la réouverture et notamment le réapprovisionnement des stocks.

Le 15 mai. C’est la date que vise le gouvernement pour la réouverture des restaurants et des bars. Mais l’objectif, s’il est clairement affiché, dépend toujours de la situation sanitaire. Pourtant, les professionnels du secteur s'impatientent. En effet, ils réclament qu’une date soit fixée pour qu’ils puissent préparer cette réouverture.

“Pour un vrai restaurateur qui fait de la cuisine et qui a des approvisionnements, techniquement, il faut une bonne semaine. Mais il faut quand même l’annoncer avant pour commencer à convoquer le personnel, remettre le restaurant en état. Il y a certains chefs étoilés qui ont perdu une grande partie de leur personnel. 
Donc il va falloir qu’ils fassent pendant trois-quatre jours voire une semaine des “trainings” pour être au top le jour J. C’est pour ça qu’il faut qu’on ait trois semaines, un mois à l'avance, une date pour pouvoir rouvrir”, estime le chef Damien dans les "Grandes Gueules".

Des protocoles sanitaires pas assez stricts?

Mais pour le médecin Jérôme Marty, la réouverture des restaurants n’est pas assez encadrée. S’il estime que la réouverture des terrasses n’est pas un problème, la contamination en extérieur étant minime, il juge que la contamination par aérosol, c'est-à-dire quand le virus reste en suspension dans l’air est importante dans une salle de restaurant.

“Pourquoi on ne fait pas, et on avait le temps de le faire, des audits avec des détecteurs de CO2, avec des personnes vaccinées, on les fait manger au restaurant et on mesure. Et puis ensuite on regarde si on peut ouvrir les baies vitrées, si on peut installer des purificateurs d’air".

Le médecin de "GG" poursuit:

"On part sur des mauvais protocoles, on va les planter parce que tôt ou tard, on va s’apercevoir qu’il va y avoir des contaminations et on risque de les refermer. C’est ça qu’on veut? Moi, j’ai envie qu’on ait des restaurants qui restent ouverts de façon pérenne”, indique-t-il.
Guillaume Descours