RMC

Prisons: "La France n'est franchement pas à la hauteur", assure la contrôleur général des lieux de privation de liberté

RMC
La contrôleur général des lieux de privation de liberté Adeline Hazan, estime que la France n'est pas du tout à la hauteur en matière de traitement des prisonniers.

"On juge une société à la manière dont elle traite ses membres les plus fragiles". Si cette maxime était utilisée pour juger l’état de la France en la juxtaposant à la manière dont le pays traite ses prisonniers, l’image serait désastreuse.

"La France n’est franchement pas à la hauteur", a estimé ce mercredi sur RMC Adeline Hazan, la contrôleur général des lieux de privation de liberté, citant entre autres la situation des étrangers en centre de rétention administratif : "Je tiens à rappeler qu’une loi a été votée il y a quelques mois permettant de les garder 90 jours avec des enfants !", a-t-elle assuré sur le plateau de M comme Maïtena.

Situation déplorable dans les CEF

"Non la France ne traite pas suffisamment bien les personnes en état de vulnérabilité", a ajouté Adeline Hazan avant de dresser un portrait déplorable des centres de privation de liberté, notamment dans les CEF (Centres éducatifs fermés, réservés aux moins de 18 ans) où les mineurs emprisonnés sont parfois encadrés par des personnes en CDD parfois seulement à peine plus âgées.

"Parfois le seul fait que l’on visite un établissement aide"

Mais la contrôleur général des prisons voit parfois l’avenir s’éclaircir : "Notre mission c’est de faire que les choses s’améliorent. Sur la psychiatrie par exemple, à force de dénoncer la façon dont les malades mentaux étaient isolés, contenus physiquement etc, il y a eu une loi qui a encadré ces méthodes".

"Parfois le seul fait que l’on visite un établissement aide. Parfois certaines choses changent avant même qu’on repart d’un établissement où l’on reste une quinzaine de jours", conclu Adeline Hazan
M comme Maïtena ( avec Guillaume Dussourt)