RMC

L'ex-coordinatrice de la campagne de Fillon soutient Le Pen: "Macron a piétiné la République"

Dans cet entre-deux-tours, le jeu des ralliements a commencé. François Fillon a, dès dimanche soir, appelé à voter pour Emmanuel Macron, mais des voix discordantes s’élèvent dans le parti Les Républicains. Après Georges Fenech qui ne votera pas pour le candidat En Marche!, c’est Françoise Hostalier, ex-coordinatrice de la campagne de François Fillon dans le Nord, qui a annoncé qu’elle voterait Marine Le Pen.

Peu après défaite de François Fillon à l’élection présidentielle, la majorité des ténors de la droite ont très rapidement appelé à voter pour Emmanuel Macron et/ou à faire barrage à Marine Le Pen. Toutefois, certains élus entretiennent le flou comme Nadine Morano, Éric Ciotti, Georges Fenech ou Jean-Frédéric Poisson. Ce vendredi, c’est Françoise Hostalier, ancienne députée du Nord et ex-coordinatrice de la campagne de François Fillon qui a défendu sa volonté de voter pour Marine Le Pen dans Radio Brunet.

"Je n’ai pas dit que j’approuvais Marine Le Pen, j’ai dit que je faisais barrage à Macron. Au point de vue sociétal, il y a plus de points en communs entre Marine Le Pen et François Fillon, qu’avec M.Macron. C’est un libertaire, qui n’a absolument rien à voir avec ce que moi j’estime être les valeurs de la République. Il l’a prouvé en assassinant politiquement François Fillon, il a piétiné la République. Sur un certain nombre d’autres considérations, je ne me reconnaîtrai jamais en rien en Emmanuel Macron".

Françoise Hostalier affirme que sa prise de parole a libéré celle des militants fillonistes. "Sur les réseaux et dans mes contacts, tout le monde m’a remerciée. J’en ai été étonnée. Beaucoup de gens m’ont dit: ‘merci d’avoir libéré ma parole, merci de me sortir de ce carcan d’obligation, de ne pas suivre les desiderata d’un parti vis-à-vis duquel j’ai un positionnement différent’. La révélation de ma position a permis à beaucoup de gens de se dire: ‘finalement je pense la même chose’."

"Xavier Bertrand devrait se poser des questions" 

"J'ai appris que M. Estrosi et M. Bertrand demandaient mon exclusion. Je dirais à Xavier Bertrand que lorsque l’on est dans une région où presque 51% des personnes ont voté pour Marine Le Pen ou Mélenchon, on se pose des questions quand même".

Radio Brunet avec A. B.