RMC

Comment assurer la sécurité dans les collèges et lycées ? "Il n'y a pas de solution miracle"

La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, doit annoncer ce jeudi de nouvelles mesures de sécurité pour les établissements scolaires. Philippe Tournier, représentant des chefs d'établissements, espère ce jeudi sur RMC que l'installation de portiques de sécurité ne fera pas partie de ces mesures.

Comment assurer la sécurité des 8.800 collèges et lycées de France ? La ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, doit annoncer ce jeudi une nouvelle série de mesures pour renforcer la sécurité dans et autour des établissements scolaires. Clairement visés par Daesh, qui appelle à "combattre" et "tuer" les enseignants, accusés d'être "en guerre ouverte contre la famille musulmane", les collèges et lycées avaient déjà bénéficié d'un renforcement de la sécurité après les attentats du 13 novembre: Interdiction de s'attrouper devant les établissements scolaires, interdiction de se garer devant les établissements franciliens, renforcement des patrouilles de police… "Nous allons continuer à renforcer la sécurité dans les écoles" a assuré la ministre de l'Éducation, lundi à Aubervilliers, après la fausse agression d'un enseignant.

"Il n'y a aucun personnel pour mettre en œuvre ces mesures"

Et c'est là que le bât risque de blesser, selon Philippe Tournier, secrétaire général du syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN). "On va passer des mesures exceptionnelles aux mesures qui doivent durer, et c'est là que les difficultés apparaissent", soulève le représentant des chefs d'établissements ce jeudi sur RMC. Des mesures de sécurité supplémentaires, c'est bien, mais "il n'y a aucun personnel pour les mettre en œuvre", prévient-il.

"Aujourd'hui avec beaucoup de bonne volonté, des personnels de vie scolaire, des assistants d'éducation, des personnels des collectivités territoriales qui assurent souvent l'accueil, font ce travail (de sécurité) qui n'est pas le leur". "En France, le moindre magasin situé dans une galerie marchande a un personnel de sécurité, mais un établissement qui peut avoir 1.000 ou 2.000 élèves n'en a aucun", pointe Philippe Tournier. S'il ne connaît pas les mesures que doit annoncer Najat Vallaud-Belkacem, le secrétaire général du SNPDEN regrette qu'il y ait "très peu de concertation avec les établissements sur ce qui peut réellement être fait".

Les portiques de sécurité? "Une idée absurde"

Il y a en tout cas une mesure que Philippe Tournier rejette par-dessus-tout, c'est l'installation de portiques de sécurité devant les établissements scolaires. "C'est une idée absurde. Dans un lycée moyen, l'entrée des élèves le matin correspond à l'équivalent de trois A380 qui décolleraient en même temps. Donc à moins de demander aux élèves de venir une heure avant le début des cours, ça ne pourra pas être mis en place. Cela demanderait énormément de personnel, ça couterait extrêmement cher. Et puis à quoi cela servirait-il ? S'il y avait eu un portique au Bataclan, cela n'aurait servi à rien. Ce n'est pas du tout le bon outil. Alors que la présence de personnel spécialisé dans la sécurité dans les établissements, c'est aujourd'hui une vraie urgence". Philippe Tournier prévient : "Il n'y a pas de solution miraculeuse".

Philippe Gril avec JJ. Bourdin