RMC

Chèque alimentaire de 100 euros: "C'est un achat de paix sociale provisoire", tacle Mehdi Ghezzar

Face à l'inflation galopante, le gouvernement multiplie les mesures d'urgence et les chèques exceptionnels aux plus modestes. Pour l'autoentrepreneur Medhi Ghezzar, ce n'est pourtant qu'une mesure d'urgence face à la grogne sociale.

Le gouvernement ressort le chéquier. Olivia Grégoire, la porte-parole du gouvernement a annoncé mercredi la mise en place d'une "aide alimentaire d'urgence" de 100 euros par foyer et de 50 euros par enfant, qui devrait bénéficier à 9 millions de personnes. Une décision qui doit encore être soumise au vote des parlementaires dans le cadre du projet de loi pouvoir d'achat.

Mais déjà sur le plateau des "Grandes Gueules", on dénonce un enfumage: "A chaque fois qu'il y a un ras-le-bol grandissant, on fait un petit chèque de 100 euros", déplore Medhi Ghezzar. "La grogne sociale est à son apogée actuellement. On est obligé d'attendre une aide gouvernementale pour remplir son panier de course ou faire son plein, c'est problématique".

"On est en train de mettre un pansement sur une jambe de bois, on ne résout pas le problème. C'est un achat de paix sociale provisoire et je pense que ce n'est pas la solution", ajoute-t-il.

Une baisse des charges bénéfique pour tout le monde?

L'autoentrepreneur plaide lui pour une baisse des charges pour les entreprises qui se traduirait par une augmentation des salaires pour les employés: "Tout le monde serait gagnant et je pense que c'est la solution pour la crise actuelle", ajoute Medhi Ghezzar.

Pour lutter contre l'inflation galopante, le gouvernement a également prolongé au moins jusqu'à la fin du mois d'août la remise carburant de 18 centimes en place depuis le 1er avril. Le projet de loi pouvoir d'achat doit être présenté le 6 juillet en Conseil des ministres.

G.D.