RMC

Économie: le barème de l’impôt sur le revenu relevé face à l'inflation

Les lignes téléphoniques du centre des impôts de Nice ont été déconnectées à la demande de la direction.

Les lignes téléphoniques du centre des impôts de Nice ont été déconnectées à la demande de la direction. - Etienne Laurent - AFP

Le gouvernement a annoncé, ce lundi, que le barème de l’impôt sur le revenu allait être relevé. Il sera indexé sur l'inflation. Cela permettra à ceux qui ont vu leur salaire augmenter, notamment ceux qui touchent le Smic, de continuer à ne pas payer d'impôts. Cela coûtera 6,5 milliards d'euros à l'État.

La relève du barème de l’impôt sur le revenu annoncée, ce lundi, par le gouvernement, va coûter 6,5 milliards d'euros à l'État. Ce barème va être indexé sur l'inflation. Objectif: que ceux qui ne payaient pas d'impôts et qui ont vu leur salaire augmenter avec l'inflation, continuent de ne pas en payer.

Comment cela se passait-il avant cette relève?

En dessous de 10.225 euros annuels, la personne ne payait pas d'impôts. De 10.226 à 26.070, le taux d'imposition était de 11%, de 26.071 à 74.545 euros, il était de 30% etc.

Par exemple, pour quelqu'un qui gagne le Smic. Aujourd'hui, il gagne moins de 10.225 euros par an donc il ne paye pas d'impôts. Sauf que son Smic est indexé sur l'inflation, qui sera, au moins, de 5,4% selon le gouvernement. Finalement, il va gagner plus que 10.225 euros et payera des impôts.

La solution: la relève du barème

Pour éviter cela, il y a cette fameuse relève du barème. Ainsi, le premier seuil passe de 10.225 à 10.777 euros et cette hausse concerne toutes les tranches. De fait, la personne qui gagne le Smic ne payera toujours pas d'impôts. D'ailleurs, toutes les catégories sociales devraient économiser de l'impôt.

Autres exemples: pour un célibataire qui gagne 3.000 euros par mois, si son salaire ne bouge pas, il devrait payer environ 300 euros d’impôts de moins qu’en 2022. Pour un couple, qui gagne environ 5.000 euros par mois à deux avec deux enfants, et dont le salaire ne bouge pas, payera à peu près 200 euros de moins en 2023.

Emmanuel Lechypre