RMC

La Bourse de Paris à son plus haut niveau depuis 14 ans: pourquoi ce n'est pas la crise pour tout le monde

EXPLIQUEZ-NOUS - La Bourse de Paris a atteint son plus haut niveau depuis 14 ans. Les marchés financiers battent des records dans le monde entier malgré la pandémie. Et les fortunes des milliardaires explosent. Ce n’est pas la crise pour tout le monde…

A la Bourse de Paris, c’est comme si la crise du Covid n’avait pas eu lieu, puisque le CAC a rattrapé et dépassé le niveau qu’il avait avant sa chute de l’an dernier. Il est au plus haut depuis 2007, c'est à dire avant la grande crise financière. Et plus si loin de son record absolu de l’an 2000.

L’économie française va mal, le chômage partiel explose, les avions sont cloués au sol, les restaurants fermés, le secteur de la culture à l'arrêt, mais les marchés financiers sont déjà passé à autre chose et ils parient sur une forte reprise à l’été.

C’est l’économie américaine qui tire tout le monde vers le haut

Parce que le Covid s'éloigne aux USA, 32% des Américains sont vaccinés. Les Etats-Unis ont créé un million d'emplois en mars, et Joe Biden a injecté des montagnes d’argent. Un plan de relance de 2.000 milliards, plus autant pour un plan d’investissement dans les infrastructures, des routes des ponts des aéroports.

Ça fait donc 4.000 milliards de dollars qui viennent s’ajouter au 3.000 milliards que Donald Trump avait injectés il y a un an. Les Etats-Unis nagent dans l’argent, et les plus pauvres ont aussi profité de la manne en recevant un chèque de 1.400 dollars.

Tous les indices boursiers sont au plus haut. Au plus haut depuis 1957 par exemple pour l’indice des 500 plus grosses sociétés américaines. Le pays est pris de passion pour le boursicotage. Ceux qui ont investi dans les crypto-monnaies ne le regrettent pas. Elles ont gagné 1.000% en un an.

“Le Monde” cite un analyste financier qui est devenu un gourou en affichant ses résultats. Il a investi 50.000 dollars en juin dernier et son portefeuille vaut aujourd’hui 40 millions. 800 fois plus…

Ces performances des bourses ont, bien sûr, profité aux milliardaires

Le magazine Forbes a publié mardi son célèbre classement annuel. Et le journal, spécialiste des grandes fortunes n’en revient pas. Il s’extasie devant “l’incroyable confirmation de l’incroyable percée et de l’incroyable années pour les milliardaires”. Et de fait, ça donne le tournis.

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, premier du classement, a vu sa fortune augmenter de 35% pour atteindre 177 milliards.

Elon Musk, le patron de Tesla est le deuxième homme le plus riche du monde alors qu’il n'était que 34e il y a un an. Sa fortune est passée de 24 à 151 milliards. Il a gagné 127 milliards en un an, soit 350 millions par jour.

Le Français Bernard Arnault est le troisième sur le podium avec une fortune de 150 milliards en hausse de 50% sur un an. En moyenne, les 20 milliardaires les plus riches du monde ont vu leur fortune augmenter de 62%. Et tout cela en pleine épidémie.

“Une année folle” commente le magazine Forbes, qui ajoute: "Les milliardaires ont traversé la crise sanitaire en super forme".

La France compte désormais 42 milliardaires

C'est -à -dire trois de plus que l’an dernier. Le podium est toujours occupé par les mêmes. Bernard Arnaud, le troisième homme le plus riche du monde grâce aux performances de son groupe de luxe LVMH.

Deuxième, Françoise Bettencourt-Meyer, l’héritière du groupe L’Oréal qui est aussi la femme la plus riche du monde et troisième François Pinault, l’autre empereur français du luxe.

Les trois nouveaux milliardaires français sont François Feuillet, le PDG de Trigano, vendeur de camping-car. Olivier Pomel patron de Datalog qui a fait fortune dans les datas, le nouvel or noir.

Et surtout parmi les nouveaux, un homme dont on a beaucoup parlé: Stéphane Bancel, le PDG de Moderna, l’un des inventeurs du vaccin ARN. Sa fortune est évaluée à 4,3 milliards de dollars.

Nicolas Poincaré (avec J.A.)