RMC

Ces Français qui ne font pas grève ce jeudi 5 décembre:"Je ne me laisse pas faire, mais j'essaye de respecter les deux camps"

Même s'ils sont minoritaires dans leur profession, certains ont décidé d'aller travailler ce jeudi. Ils se justifient et assument sur RMC.

Si la France sera en partie paralysée par de nombreux mouvements de grève, certains ont choisi de continuer à travailler. Adeline, aide-soignante, prendra son service à l’hôpital comme prévu. Pour elle, il n’est pas légitime de faire grève ou de manifester ce jeudi.

"Je ne vais pas me battre contre quelque chose qui n’existe pas"

"On fait grève alors qu’on ne connaît pas tous les tenants et les aboutissants de la réforme des retraites, s’étonne-t-elle. Je trouve ça un petit peu bête. Sur le peu d’infos que j’ai vu, je ne trouve pas que ce soit si inégalitaire que ça, si catastrophique. Je ne vais pas me battre contre quelque chose qui n’existe pas".

Pour elle, cette grève n’est pas "une contestation contre une réforme mais contre le pouvoir, le gouvernement. Il n’y a pas de honte à ne pas faire la grève".

"Je pense que c’est là qu’il faut que l’on garde notre jus"

Franck, chauffeur de bus à la RATP, a choisi lui aussi de travailler. Il veut attendre plus de précisions avant de montrer son possible mécontentement.

"Les négociations vont être présentées au mois de juin. Je pense que c’est là qu’il faut que l’on garde notre réserve et notre jus. S’il y a réellement une modification de notre statut, c’est à ce moment-là qu’il faudra que l’on se batte".

Même s’il est minoritaire dans son cas, il n’a pas peur du regard de ses collègues.

"J’ai 52 ans, j’ai du vécu, je n’ai pas l’intention de me laisser faire. J’essaye de respecter les deux camps. Par rapport à mes intérêts aujourd’hui, je les défendrai et je pense que j’ai le droit de les défendre tout autant qu’eux".
Caroline Philippe et Alfred Aurenche (avec Maxime Trouleau)