RMC

Les oubliés de la retraite: comment 350.000 personnes ont vu disparaître des années de cotisations après avoir accepté un travail de l'ANPE

-

- - -

Plusieurs centaines de milliers de personnes qui atteignent l'âge de la retraite, découvrent qu'une partie de leur années travaillées dans le cadre d'un programme de Pôle emploi, ne sont pas prises en compte dans le calcul de leurs droits.

En juin 1986, l’ANPE, l’ancêtre de Pôle emploi propose à Jacques, alors âgé de 21 ans un contrat d’éboueur dans une commune du sud de la France : "Je n’avais pas de grande formation donc je me suis dit 'ok'. Je n’étais pas stagiaire, je ne faisais pas le café. On attaquait à 4h du matin, soit on faisait les poubelles, soit on nettoyait les rues".

Un contrat qui a duré un an et demi. Problème, l'année dernière, au moment de calculer ses droits pour la retraite, il a une mauvaise surprise : "J’ai vu que ces 18 mois-là n’existaient pas et n’étaient pas comptabilisés pour la retraite. J’ai les boules".

De simples stages pour le gouvernement

Et Jacques n'est pas le seul à se retrouver dans cette situation. Sur les réseaux sociaux, les témoignages se multiplient. Dominique, elle aussi ancienne contrat TUC, les recensent via une page Facebook : "Tous les jours nous recevons des messages de personnes qui tombent des nues. Ce sont des personnes qui sont en train de demander leur retraite. Cela touche tout le monde et sur tout le territoire français".

Entre 1984 et 1990, 350.000 personnes sans emploi ont effectué des missions de service public dans le cadre de ces "travaux d'utilité collective", pour éviter d'être radiées de l'Agence nationale pour l'emploi (ANPE).

Interrogé plusieurs fois au Sénat ou à l'Assemblée nationale, le gouvernement répond que ces personnes sous contrat TUC travaillaient alors sous un statut de stagiaire pour lequel il n'y avait aucune retraite.

>> A LIRE AUSSI - Prime "indemnité inflation" de 100 euros: comment être sûr d'être éligible?

Florian Chevallay et Martin Juret (avec G.D.)