RMC

"On ne veut pas de moi": la réforme de l'assurance chômage inquiète les séniors

Inspirée du modèle canadien, la nouvelle réforme de l'assurance chômage va être présentée ce lundi matin aux partenaires sociaux. Elle va notamment impacter la durée d'indemnisation des personnes en recherche d'emploi. Et elle inquiète fortement les séniors.

Après plusieurs mois de concertations, la nouvelle réforme de l'assurance chômage est présentée ce lundi matin. Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, avait lancé début octobre une concertation avec les partenaires sociaux. La semaine dernière, le feu vert a été donné au Parlement pour que les règles soient modifiées par décret.

L'exécutif veut donc adapter la règle à la situation économique: plus stricte quand trop d'emplois sont non pourvus, plus généreuse quand le chômage est élevé. C'est la durée d'indemnisation qui sera modulée en fonction du taux de chômage. Un coefficient réducteur pourrait être appliqué. Et il toucherait davantage les seniors, qui peuvent prétendre à des indemnisations longues après avoir longtemps occupé un emploi stable.

>> "Période verte" et "période rouge": comment le gouvernement veut durcir les règles de l'assurance chômage

Christine, qui était encore directrice commerciale il y a un an, décompte 90 candidatures envoyées et deux entretiens finaux, soldés par des refus.

“Ce n’est pas qu’il n’y a rien pour moi, c’est qu’on ne veut pas de moi. Vous êtes simplement un cadre-sup de 59 ans un peu pathétique qui essaye de trouver un job”, regrette-t-elle.

Changer l'image des séniors auprès des employeurs

Elle a un sentiment de rejet et de colère face à cette réforme qui pourrait diminuer sa durée d'indemnisation. “Depuis un an, je souffre et j’en ai marre qu’on considère les gens qui sont en recherche d’emploi comme des fainéants. Le chômage, ce n’est pas un choix, c’est un tsunami qui vous frappe. Vous recevez en pleine tête quelque chose qui vous fait du mal, qui vous détruit”, insiste-t-elle.

C'est vers les employeurs qu'il faut se tourner pour changer l'image qu'ils ont des séniors, souligne-t-elle, rejointe par Claude Waret, le président de la Fédération interrégionale pour le développement des emplois des séniors. Il souligne qu'ils représentent la moitié des chômeurs longue durée.

“Il y a là un véritable gaspillage. Ça n’a pas de sens de réduire la durée d’indemnisation des séniors, sinon après c’est un ensemble de gens qui vont tomber au RSA”, appuie-t-il.

"Formez-les!", martèle-t-il, appelant à faire de l'emploi des séniors une priorité nationale.

Marion Gauthier avec Guillaume Descours