RMC

Réforme des retraites: le gouvernement livre ses arbitrages sur la prise en compte de la pénibilité

Edouard Philippe lui reçoit ce matin les partenaires sociaux à l'occasion d'une réunion multilatérale sur les retraites. La prise en compte de la pénibilité est l'une des revendications majeures de la CFDT. Et c'est un sujet délicat.

Nouvelle réunion ce jeudi à Matignon sur la réforme des retraites. Les partenaires sociaux, syndicats et patronat, sont reçus ce matin par Edouard Philippe pour "faire un bilan" des concertations lancées en début d'année notamment sur la question de la pénibilité.

La prise en compte de la pénibilité est l'une des revendications majeures de la CFDT. Si Matignon n'accepte pas des concessions sur le sujet, le patron de la centrale, Laurent Berger considérera que le gouvernement "a planté" la réforme des retraites. La CFDT veut que le gouvernement élargisse la définition de la pénibilité. Mais le Medef n'y est pas favorable.

Le sujet est donc délicat, le gouvernement s'apprête à livrer ses arbitrages. Et l'une des batailles de la CFDT semble déjà perdue. Le gouvernement n'est pas prêt à réintégrer dans le compte pénibilité les quatre critères qu'il a supprimés en 2017 comme les postures pénibles ou le port de charges lourdes.

Un système de points de pénibilité

Un autre scénario serait à l'étude, selon une source syndicale, confier la définition de la pénibilité aux branches professionnelles. La branche du BTP, celle de l'hôpital pourraient fixer chacune une liste de métiers jugés pénibles. Le salarié gagnerait ensuite des points de pénibilité qui lui permettrait soit de partir plus tôt à la retraite soit de bénéficier de dispositif de reconversion. 

Ce scénario, la CFDT et les petits patrons de la CPME y sont favorables. Le Medef lui, y est opposé. C’est donc le gouvernement qui va devoir trancher.

Juliette Droz avec Guillaume Descours