RMC

Grève des taxis: "Un chauffeur s'est fait rouler dessus par un VTC!", raconte un gréviste

EXCLU - Un chauffeur de taxi en grève a été renversé par un VTC, ce jeudi matin à l'aéroport d'Orly, alors qu'il filtrait avec ses collègues grévistes le passage des voitures vers les terminaux. Christophe, chauffeur de taxi, a appelé RMC pour raconter la scène, qui s'est déroulée sous ses yeux.

La tension est particulièrement vive ce jeudi matin entre les taxis, en grève contre la concurrence d'UberPOP, et les chauffeurs VTC. Plusieurs véhicules VTC ont été vandalisés par des chauffeurs de taxis dans Paris et aux abords des aéroports parisiens. Une situation qui dégénère parfois, comme à l'aéroport d'Orly, où un VTC a renversé un chauffeur de taxi qui entravait sa route pour se rendre au terminal de l'aéroport. Une scène qui s'est passée sous les yeux de Christophe, chauffeur de taxi, qui a appelé RMC pour donner l'information, confirmée quelques minutes plus tard par la police.

"Tout le monde lui a couru après"

Très en colère et très ému, Christophe raconte : "Il y a un chauffeur de taxi qui est allongé par terre, là, qui s'est fait rouler dessus !". "On filtre les arrivées pour éviter que (les VTC) viennent déposer des gens, et un collègue s'est mis devant pour empêcher une voiture VTC de passer et on lui a roulé dessus ! Vu la tension qu'il y a à l'aéroport, tout le monde a couru derrière le chauffeur VTC et sa voiture s'est faite dépouillée". Le taxi blessé a été transporté à l'hôpital. Ses jours ne sont pas en danger, a assuré la police à RMC.

"Nous aussi on a besoin de protection"

Christophe a plusieurs fois insisté sur la tension qui règne sur place. Il a également fustigé le rôle des CRS, qui selon lui, ne permettent pas à la tension de retomber. "Les flics sont partout pour protéger les motos taxis, qui sont censées travailler uniquement sur rendez-vous. Pourtant les taxis motos prennent tout le monde, ici. Les CRS les protègent pour éviter qu'on leur fasse quoi que ce soit. Mais nous aussi on a besoin de protection", a-t-il exhorté. "Ça va devenir très électrique", craint-il.

Philippe Gril avec Jean-Jacques Bourdin