RMC

Guerre en Ukraine: l’énorme coup de gueule de Macha Méril contre Depardieu et l’invasion russe

Invitée de la Matinale week-end de RMC, la comédienne Macha Méril, originaire d’une famille russe qui a vécu en Ukraine, s’est révoltée contre la guerre en Ukraine et a tancé le comportement de Gérard Depardieu.

Elle a un lien particulier avec la Russie et avec l’Ukraine. Du plus profond de son cœur, Macha Méril ne peut supporter l’invasion russe en Ukraine.

La comédienne est née dans une famille noble russe. Son père et sa mère avait vécu avant sa naissance en Ukraine, avant de s’exiler en France après la révolution bolchévique de 1917.

"Depardieu, qu'il se démerde !"

Quelle position doivent adopter les intellectuels ou artistes français qui ont des liens avec la Russie? A cette question, Macha Méril s’en est pris nommément à Gérard Depardieu, qui a encore cette semaine réaffirmé son soutien à Vladimir Poutine:

"Depardieu, qu’il se démerde ! J’espère qu’il va prendre conscience. En plus, lui, il est en France. Il a beau dire aimer la Russie, c’est ici qu’il travaille, c’est ici qu’il mange du fromage et du vin rouge. Qu’il ne nous embête pas ! Parce qu’ils ne savent pas combien les Russes en bavent."

"Personne n’est au courant en Russie"

Dénonçant les "fake-news" propagées par la Russie, celle qui organise le festival du cinéma russe s’en est pris à la désinformation sur cette guerre: "Personne n’est au courant en Russie. Il y a une désinformation colossale en Russie."

Macha Méril ayant eu contact avec des proches en Russie, elle explique: "on ne leur dit pas que c'est une guerre, on leur dit qu’on se débarrasse d’éléments extrémistes en Ukraine. Il y a un travail sur l’information à faire. Facebook est bouclé. Ils sont très forts. La majorité de la population russe n’est pas informée quand on ne leur dit pas des ‘fake-news’", explique la comédienne.

"Mon espoir, c'est que ce soit le pas de trop pour Poutine."

Macha Méril garde un espoir: que cette invasion russe soit "le pas de trop pour Vladimir Poutine". Face aux sanctions occidentales, "c’est la population qui va payer les pots cassés" estime-t-elle.

La comédienne espère que la population soit informée et que "les villes et les jeunes" changent les choses. Car elle en est persuadée, "une grande partie de population n’est pas d’accord et ceux qui savent son horrifiés."

Maxime Martinez