RMC

Afghanistan: pourquoi l'Etat islamique et les talibans sont-ils rivaux?

EXPLIQUEZ-NOUS - Les terribles attentats de jeudi à Kaboul ont été revendiqués par l'État islamique. Le groupe terroriste qui est en guerre à la fois contre les Américains et les talibans.

C’est l’histoire d’un attentat qui était annoncé et qui n’a pu être évité. Puisque jeudi matin, la France, la Grande Bretagne, les Etats-Unis et d'autres avaient prévenu d’un risque d’attentat aux abords de l’aéroport. Les Américains avaient même donné le nom de la porte qui risquait d’être visée, "la porte de l'Abbaye".

Mais les Marines, malgré tout, sont restés pour assurer la sécurité. En fin d'après-midi, un homme s’est fait exploser au moment où il allait être fouillé. Attentat suicide. 13 soldats américains ont été tués. Le pire bilan pour l'armée américaine depuis une dizaine d'années.

L’attentat a aussitôt été attribué à "l'Etat islamique”. Il portait sa signature. Et de fait, le groupe terroriste l’a revendiqué dans la soirée en se vantant que son combattant a réussi à approcher les américains à moins de 5 mètres. L’Etat islamique faut-il le rappeler, c’était au départ Daesh, les responsables des attentats de Paris, au Bataclan notamment en 2015.

>>> A LIRE AUSSI - Au moins 72 civils et 13 soldats américains tués dans les attentats à l'aéroport de Kaboul, revendiqués par Daesh

Les talibans ne sont donc pas responsables de ce qui s’est passé

Les talibans au contraire étaient visés par ces attentats. L'État islamique a fait une pierre deux coups. Il a tué des Américains et déstabilisé le nouveau régime taliban. Tout en indiquant au monde entier que l’état islamiste existe encore.

Ce groupe n’a pas attendu l'arrivée des talibans pour commettre des attentats à Kaboul, deux actions particulièrement barbares ont récemment marqué les esprits des Afghans. En mai dernier, l'Etat islamique a attaqué une école de filles à Kaboul, tuant 50 lycéennes.

Un an avant, ils avaient attaqué une maternité de Médecins sans frontières massacrant 16 mères sur le point d’accoucher ou en train d'accoucher. Plus une sage-femme et des bébés.

L'État islamique était le cauchemar de l’ancien régime afghan, il n’a pas tardé à faire savoir qu’il serait aussi le cauchemar du nouveau régime Taliban.

Il n’y a pas de complicité entre les deux mouvements?

Non, ils se détestent. Ils partagent la même vision rigoriste de l’Islam mais pour le reste tout les sépare. Les talibans considèrent l'État islamique comme des rivaux dangereux et incontrôlables.

L’Etat Islamique considère les talibans comme des traîtres parce qu’ils ont négocié avec les Américains. Les talibans sont des nationalistes qui ne veulent régner que sur l'Afghanistan. L’Etat islamique se fout de l'Afghanistan mais veut instaurer la charia partout.

Cette haine entre les deux mouvements s'est illustrée le 15 août. Ce jour-là, les talibans ont pris le contrôle de la plus grande prison du pays, la prison de Pul-e-Charkhi à l’est de Kaboul.

Ils ont aussitôt ouvert les portes en grand et libéré environ 5.000 prisonniers, Des voleurs, des assassins, des talibans, des membres d’Al-Qaïda, tout le monde est sorti. Sauf les membres de l’Etat islamique qui ont été transférés vers une autre prison. Et sauf leur chef, l’ancien Émir de l'État islamique qui lui a été exécuté sur place par les talibans.

Ce sont donc clairement deux organisations qui se font la guerre. Il est même arrivé que les talibans s'allient à l’ancienne armée afghane, soutenue par les américains pour pourchasser les terroristes de l’Etat islamique.

D'où viennent les hommes de l’Etat islamique?

Au départ, ce sont des dissidents des talibans qui souhaitaient un mouvement encore plus rigoureux. Puis ils ont reçu les renforts de radicaux pakistanais. Puis lorsque l’Etat islamique a été écrasé en Syrie et en Irak par les Américains, les Français et les Kurdes, et bien les survivants se sont réfugiés en Afghanistan qui est devenu leur dernier sanctuaire.

On a vu arriver en Afghanistan des Syriens, des Irakiens, des Tchétchènes. Plus récemment des musulmans chinois, des ouïghours fuyant la répression de Pékin, et des islamistes venant des anciennes républiques soviétiques, des Ouzbeks, des Turkmènes, des Tadjiks.

C’est l'internationale des barbus terroristes qui s’est installée en Afghanistan sans y être invitée, et qui s’est rappelée jeudi à notre bon souvenir.

Nicolas Poincaré (avec J.A.)