RMC

Au moins 72 civils et 13 soldats américains tués dans les attentats à l'aéroport de Kaboul, revendiqués par Daesh

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat-suicide tandis que les talibans ont "fermement" condamné l'attaque.

La terreur au milieu du chaos: c'est un bain de sang littéralement devant l'une des portes de l'aéroport de Kaboul.

Des kamikazes du groupe jihadiste Etat islamique (EI) ont attaqué jeudi la foule des Afghans massés à l'aéroport de Kaboul dans l'espoir de fuir le nouveau régime taliban, faisant des dizaines de morts dont au moins treize soldats américains. Ce vendredi matin, une source hospitalière et un représentant des taliban parlent d'au moins 72 civils tués.

Des corps ont été projetés dans le canal, à proximité tandis que résonnaient des cris glaçants de femmes et d'enfants blessés, après une double explosion au milieu de la foule:

"Là où on était il y a eu une explosion d'un coup. La moitié des gens ont été projetés dans l'eau, les autres par terre. Nous avons transportés les blessés sur des brancards, mes vêtements sont pleins de sang", raconte un homme qui a survécu et a réussi à rejoindre l'hôpital.

Daesh revendique

Au milieu de la foule un kamikaze a actionné sa ceinture d'explosifs devant les points de contrôle américains. Une deuxième explosion a été confirmé à 200 mètres de l'aéroport. Au moins 13 Américains sont morts ainsi que des dizaines de civils afghans.

Les secours sont débordés. À l'hôpital de la ville, une foule se forme devant le bâtiment pour obtenir des nouvelles des proches:

"Les gens se trouvaient devant la porte pour essayer de rentrer dans l'aéroport dans l'espoir de monter dans un avion quand le kamikaze s'est fait exploser. Mon cousin a été touché à la jambe", raconte le proche d'une victime.

Au-dessus de la ville dans la nuit les avions militaires continuaient d'évacuer des candidats à l'exil, malgré la menace terroriste toujours très forte. Dans la foulée, Daesh a revendiqué l'attentat-suicide tandis que les talibans ont "fermement" condamné l'attaque.

Au moins 72 civils ont été tués dans les attaques près de l'aéroport de Kaboul
Au moins 72 civils ont été tués dans les attaques près de l'aéroport de Kaboul © RMC

>> A LIRE AUSSI - Afghanistan: pourquoi l'Etat islamique pourrait représenter une menace face aux talibans

Visiblement secoué, le président américain Joe Biden a promis en réaction de "pourchasser" et de "faire payer" les auteurs de l'attaque, et il a qualifié de "héros" les militaires tués.

Ce premier attentat meurtrier depuis le retour au pouvoir des talibans le 15 août intervient à quelques jours du départ du pays des troupes américaines, prévu le 31 août après vingt ans de guerre infructueuse contre les islamistes.

La France poursuit ses évacuations d'Afghans menacés par les talibans malgré les attentats perpétrés jeudi près de l'aéroport de Kaboul, a annoncé jeudi soir l'état-major des armées. "L'opération se poursuit et se poursuivra tant que tous les militaires français n'auront pas quitté l'Afghanistan", a déclaré le porte-parole de l'état-major, le colonel Pascal Ianni.

Emmanuel Macron a déclaré dans l'après midi que la France allait encore tenter d'évacuer "plusieurs centaines" d'Afghans de Kaboul. En raison de l'insécurité, l'ambassadeur de France à Kaboul travaillera désormais depuis Paris, a-t-il annoncé. Au total, plus de 100.000 personnes ont été évacuées d'Aghanistan depuis le 14 août, a annoncé jeudi un responsable de la Maison Blanche.

Nicolas Traino (avec Guillaume Dussourt)