RMC

Crise au Venezuela: Maduro rejette l'ultimatum des" leaders européens, qui s’agenouillent devant Donald Trump"

Plusieurs pays européens dont la France ont laissé huit jours à Nicolas Maduro pour organiser des élections. Ce dernier a refusé et a assurer que son pays "poursuivrait son chemin".

La crise au Venezuela se poursuit. Le président autoproclamé, Juan Guaido, appelle à deux nouvelles manifestations cette semaine, mercredi et samedi. Il espère faire basculer l’armée qui soutient jusqu’à Nicolas Maduro. 

Ce dernier a rejeté dimanche l’ultimatum de pays européens dont la France d’organiser des élections sous huit jours.

"La position européenne est arrogante, insoutenable, indécente. Les Européens devraient retirer cet ultimatum. Personne ne nous en a jamais donné. S’ils veulent quitter le Venezuela, ils peuvent le faire maintenant. Le Venezuela va poursuivre son chemin. Ces représentants européens ne représentent pas le peuple de l’Europe. Nous avons de nombreux amis européens, beaucoup de mouvement de solidarité existent. Les leaders de l’Europe sont des lèches-bottes qui s’agenouillent devant Donald Trump. C’est aussi simple que ça surtout quand il s’agit du Venezuela", a confié Nicolas Maduro. 

Hier, le conseiller à la sécurité de Donald Trump a menacé dans un tweet d'une "réponse significative" si Juan Guaido ou l'Assemblée nationale était victime de "violences" ou "d'intimidation". En une semaine, la crise au Venezuela s'est soldé par la mort de 29 personnes et 350 ont été arrêtées.

Nicolas Ropert avec Guillaume Descours