RMC

Disparition de Tiphaine Véron au Japon: deux ans plus tard, la famille recherche toujours la vérité

La famille de Tiphaine Véron toujours à la recherche de la vérité. Deux ans jour pour jour après la disparition de la jeune femme au Japon. L'enquête est inexistante sur place. C'est ce que dénonce son frère.

Cela fait deux ans, jour pour jour, depuis la disparition de Tiphaine Veron au Japon. La jeune femme de 36 ans avait quitté son hôtel de la ville balnéaire de Nikko laissant derrière elle son passeport et sa valise. Elle n’a jamais été retrouvée.

Depuis son domicile de Poitiers, Damien Véron suit l'enquête sur sa sœur disparue au Japon. Une culture judiciaire différente qui depuis deux ans, peine à faire avancer les investigations.

“On sait que côté japonais, il n'y a pas eu d'enquête criminel ouverte. Mais ce que l'on souhaite, c'est que surtout, les policiers français aillent enquêter là-bas. Tiphaine est française, nous, on attend qu'une vrai enquête soit menée”, indique-t-il. 

Malgré deux ans sans plus de réponses, la famille de Tiphaine Véron est toujours aussi mobilisé. “On se sent toujours aussi triste. Le temps est quelque chose de difficile à gérer, mais on ne va rien lâcher. On est toujours aussi combatif est déterminé. Il y a encore beaucoup de choses à faire pour retrouver Tiphaine et répondre à nos questions”, indique-t-il.

De nombreuses zones d'ombres

Une détermination qui a poussé la famille Véron à engager l'avocat Antoine Vey. Il le dit, nombreuses zones d'ombre restent à éclaircir. 

“Pourquoi est-ce que certains témoins présents sur le lieu des faits n’ont pas été entendus ? Pourquoi le téléphone de la victime a arrêté de fonctionner à une heure précise? On veut essayer de retisser autant que possible ces éléments qui sont pour certains manquants”, indique-t-il. 

Le frère de Tiphaine, Damien Véron, doit d'ailleurs se rendre au Japon en septembre. Une manière de continuer l'enquête sur une disparition qu'il estime de moins en moins accidentelle. 

Maxime Levy avec Guillaume Descours