RMC

Emmanuel Macron espionné par le Maroc? Ce qu'il faut comprendre

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - AFP

EXPLIQUEZ-NOUS - Emmanuel Macron fait parti des cibles du logiciel espion Pegasus. Et c’est le Maroc qui en serait à l’origine.

C’est le genre de révélation qui peut créer une crise diplomatique entre le Maroc et la France. Pegasus est un logiciel israélien d’espionnage des téléphones portables. Israël le vend à des Etats, officiellement pour lutter contre le terrorisme. Dimanche, on a appris par une enquête de médias du monde entier et d’Amnesty international que 50.000 numéros avaient été visés par Pegasus.

Et c’est un service de sécurité marocain qui aurait visé un des numéros de téléphone du président de la République mais aussi celui d’Edouard Philippe, de 14 ministres, de députés, de conseillers du président ou de journalistes. Près d’un millier de Français sont sur cette liste ciblée par Pegasus.

Comment est-il possible qu’Emmanuel Macron ait été écouté sans que nos services de renseignement s’en aperçoivent ?

Pegasus est un logiciel hyper sophistiqué, il est furtif, il se camoufle. Il ne laisse quasiment aucune trace: même Apple est incapable de déjouer Pegasus. Il a fallu des années de travaux du laboratoire de sécurité d’Amnesty pour pouvoir détecter des traces du logiciels dans un téléphone.

Et puis c’est surtout un logiciel très intrusif, beaucoup plus intrusif qu’une écoute téléphonique. On appelle ça un maliciel, il peut prendre le contrôle de votre téléphone portable, en extraire des mails, votre répertoire, vous localiser, accéder à vos photos. Même les messageries chiffrées ne lui échappent pas. Et, plus grave, il peut activer votre micro et votre caméra.

Est-ce qu’Emmanuel Macron utilise le téléphone qui est ciblé ?

Oui, on sait qu’il l’utilise régulièrement depuis au moins 2017 et qu’il l’utilisait encore très récemment. Mais tout ce qui est secret défense passe normalement par un téléphone spécifique ultrasécurisé. Il en a plusieurs à disposition, comme le Teorem, un téléphone conçu par Thalès. Mais c’est un téléphone pas du tout commode. Il est complexe, lourd donc il ne l’utilise que pour ses communications les plus sensibles.

Est-ce que ça veut forcément dire que Macron a été espionné ?

Ca, on ne le saura peut-etre jamais. D’autant que la société israélienne qui commercialise Pegasus affirme qu’Emmanuel Macron « n’a pas, et n’a jamais été, une cible de ses clients». Mais bon ; ça ne coûte pas cher de le dire puisque c’est quasiment impossible de savoir si c’est vrai.

Le Maroc, lui, s’offusque qu’on puisse imaginer qu’il espionne le président de la France. Un pays ami. Nos services de renseignements travaillent ensemble dans la lutte contre le terrorisme. Ca fait donc mauvais genre d’être pris la main dans le sac.

Et puis le Maroc affirme même qu’il n’est pas client de Pegasus ; et ça, en tout cas, on est sur que c’est un mensonge. Mais, espionnage ou pas ; la seule présence de ce numéro sur cette liste est un acte hostile du Maroc vis-à-vis de la France.

Ce n’est pas la première fois que le téléphone d’un président est écouté ?

Non c’est presque banal finalement. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, Francois Hollande ont été écouté par les renseignements américains. Révélation faite par Wikileaks en 2015. Mais Pégasus, ça n’est pas que des écoutes, ça peut vous espionner, c’est encore autre chose.

On imagine bien, ou du moins on espère, que Macron ne dit rien de secret défense sur ses téléphones non sécurisés. Mais le risque, c’est qu’on se serve de photos privées par exemple comme moyens de pression sur le Président. Et à moins d’un an de la présidentielle, c’est forcément très inquiétant.

Bérangère Bocquillon (avec J.A.)