RMC

Pegasus: comment fonctionne le logiciel espion?

Parmi les personnes qui pourraient avoir été la cible de ce logiciel espion, le président de la République, Emmanuel Macron, ou l'ancien Premier ministre Edouard Philippe.

Emmanuel Macron et des membres du gouvernement ont-ils été espionnés par l'Etat marocain en 2019? D'après un consortium de journalistes de Forbidden Stories, dont font notamment partie Le Monde et Radio France, les numéros de téléphone du président, de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe et de 14 membres du gouvernement ont été retrouvés sur une liste sélectionnée par le Maroc pour un potentiel piratage grâce au logiciel espion Pegasus. L'Elysée a aussitôt réagi mardi: "Si les faits sont avérés, ils sont évidemment très graves. Toute la lumière sera faite sur ces révélations de presse".

>> A LIRE AUSSI - Projet "Pegasus": comment savoir si on a été espionné (ou non)?

Le numéro d'un des téléphones portables du président fait partie d'une liste de 50.000 numéros authentifiés comme étant des cibles du logiciel Pegasus. Des dizaines de portables y figurant, comme celui du journaliste Edwy Plenel, ont été analysés et des traces du logiciel espion y ont été retrouvées.

Un espion qui permet de tout savoir

Faute d'avoir pu analyser le téléphone d'Emmanuel Macron, le consortium de journalistes ne peut affirmer qu'il a été infecté. Une chose est sûre, il était dans le viseur de pays voulant l'espionner lui et son entourage. Tout comme le Premier ministre de l'époque, Edouard Philippe, ainsi que 14 autres membres du gouvernement.

Leurs numéros auraient particulièrement intéressé les services secrets marocains, utilisateurs du logiciel Pegasus. Ce logiciel qui permet d'écouter les appels, d'activer le micro du téléphone à distance, de prendre vidéos et photos avec la caméra et bien sûr de consulter tous les documents et contacts présents.

“Une fois que l’outil est dans le téléphone portable, l’espion peut faire tout et n’importe quoi. L’important était d’avoir le numéro de téléphone, car ensuite, il est possible d’enregistrer le micro, il est possible de regarder l’intégralité de ce qui se trouve dans le téléphone, il est aussi possible de filmer. Donc c’est vraiment un espion dans le téléphone et à partir de ces éléments-là, il est possible de faire tout et n’importe quoi pour espionner le porteur du téléphone”, explique Damien Bancal, journaliste spécialisé dans la lutte contre la cybercriminalité.

Le royaume chérifien conteste pour le moment toute implication dans cette affaire d'espionnage.

Maxime Levy avec Guillaume Descours