RMC

Grande-Bretagne: qui est Sue Gray, la fonctionnaire qui a l'avenir de Boris Johnson entre ses mains?

Sue Gray a rendu ce lundi son rapport sur le "Party Gate", les fêtes arrosées du Premier ministre Boris Johnson pendant le confinement, qui ont fait scandale. Mais qui est cette fonctionnaire peu connue et qui entretient le mystère autour de sa personne?

Sue Gray, la mystérieuse fonctionnaire anglaise, vient de rendre son rapport sur le “Party gate”, le scandale des fêtes arrosées de Boris Johnson pendant le confinement. Et ce rapport de l'honorable madame Gray a, en partie, été rendu public lundi. Il dénonce "des comportements difficiles à justifier", des "consommations excessives d’alcool sur les lieux de travail", mais surtout des "manquements graves" aux règles qui étaient imposées à l’essentiel de la population.

Seulement 12 pages du rapport ont été publiées, parce que la police enquête aussi sur ces festivités coupables et a demandé que tout ne soit pas déballé avant la fin de son enquête. Ce qui offre encore un sursis à Boris Johnson, qui a présenté ses excuses devant les députés lundi.

Boris Johnson avait lui-même commandé ce rapport qui, du coup, avait mis Sue Gray dans une position très difficile. Elle est la numéro deux de l’administration du Premier ministre. Autrement dit, une fonctionnaire sous ses ordres, chargée d'enquêter sur son patron.

>> Tous les podcasts de Nicolas Poincaré sur RMC

Aucun diplôme

Extrêmement discrète, inconnue du grand public, elle s'est retrouvée sous les projecteurs, et les Anglais ont découvert l'existence de cette femme que “Le Monde” présente comme très puissante et très mystérieuse. Elle a la haute main sur toutes les nominations de fonctionnaires. “En fait, elle dirige le pays”, a confié un ancien ministre.

La BBC, qui a fait son portrait, pense qu’elle a 63 ou 64 ans, on ne sait pas bien. On parle d’elle au conditionnel. Elle n’aurait aucun diplôme. Ce serait une "self made woman" partie de tout en bas de l'échelle.

On raconte qu’elle a quitté la fonction publique pour ouvrir un pub en Irlande du Nord au plus fort de la guerre entre catholiques et protestants, dans les années 80. Et certains se demandent si en réalité, derrière son bar, elle ne travaillait pas pour les services secrets. Elle a la réputation d'être d’une totale intégrité. Elle a déjà fait tomber un ministre parce qu’il avait des contenus pornographiques dans son ordinateur. Ou plutôt parce qu’il avait menti en disant qu’il n’en avait pas.

Voilà le profil très atypique de cette femme qui a l’avenir de Boris Johnson entre ses mains. On attend la publication de la suite de son rapport. 

Nicolas Poincaré