RMC

Guerre d'Algérie: qui était le militant Ali Boumendjel, torturé et assassiné par l'armée française?

64 ans après sa mort, le président de la République a reçu mardi à l'Elysée quatre de ses petits-enfants pour leur présenter la vérité dans cette histoire.

Emmanuel Macron a reconnu que l'avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel a été "torturé et assassiné" par l'armée française pendant la guerre d'Algérie en 1957, a annoncé l'Elysée, un meurtre à l'époque maquillé en suicide.

64 ans après sa mort, le président de la République a reçu mardi à l'Elysée quatre des petits-enfants d'Ali Boumendjel pour leur présenter la vérité dans cette histoire. 

Par son parcours, l'avocat est une figure emblématique de ces milliers de disparus durant la Bataille d'Alger. Ali Boumendjel a alors 38 ans quand il disparaît en 1957. Père de deux enfants, âgés de 7 ans et 20 mois, il est engagé contre l'injustice du système colonial et pour l'indépendance de l'Algérie. Capturé par les parachutistes français en pleine bataille d’Alger, retenu dans une caserne, placé au secret, il est torturé puis assassiné. 

Guerre d'Algérie: qui était le militant Ali Boumendjel, "torturé et assassiné" par l'armée française?
Guerre d'Algérie: qui était le militant Ali Boumendjel, "torturé et assassiné" par l'armée française? © AFP

Mais jusqu'à aujourd'hui, la version officielle était un suicide: il se serait jeté d'une terrasse du sixième étage. Ni sa famille, ni ses proches n'ont cru a cette thèse. Les aveux, en 2000, du général parachutiste Paul Aussaresses n'ont rien changé à cette version d'Etat. Jusqu'à aujourd'hui, donc: l'Elysée reconnait sans détour la vérité pour "avancer vers l'apaisement et la réconciliation". "Aucun crime, aucune atrocité commise pendant la guerre d'Algérie ne peut être excusé ni occulté. Ils doivent être regardés avec courage et lucidité" selon Emmanuel Macron.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi la France ne compte pas s'excuser pour la colonisation de l'Algérie

Cette reconnaissance "au nom de la France", que le chef de l'Etat a lui-même annoncé aux petits-enfants d'Ali Boumendjel en les recevant mardi, fait partie des gestes d'apaisement recommandés par l'historien Benjamin Stora dans son rapport sur la colonisation et la guerre d'Algérie, afin de résoudre les tensions entre les deux pays autour de la mémoire de ce conflit. 

Benjamin Stora, spécialiste reconnu de l'histoire contemporaine de l'Algérie, avait été chargé en juillet par le président Emmanuel Macron de "dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie".

Diversement accueilli, son rapport, remis à M. Macron le 20 janvier, a soulevé de vives critiques, aussi bien en Algérie qu'en France, notamment pour ne pas avoir préconisé des "excuses" de Paris pour les crimes de la période coloniale (1830-1962).

La rédaction de RMC avec AFP