RMC

Guerre en Ukraine: Joe Biden annonce un embargo américain sur les importations de pétrole et de gaz russes

C'est une nouvelle réponse économique à la guerre en Ukraine alors que les Etats-Unis n'importe que 8% de pétrole russe

Le gaz et le pétrole russe aux Etats-Unis, c'est fini. Le président Joe Biden a annoncé mardi avoir ordonné un embargo sur les importations américaines de pétrole et de gaz russes, afin d'alourdir les sanctions imposées à la Russie et "porter un nouveau coup puissant à Poutine". Cette décision a été prise "en coordination étroite" avec les alliés des Etats-Unis, a-t-il précisé.

Une nouvelle réponse économique à la guerre en Ukraine. Joe Biden se démarque ainsi de ses homologues européens, qui se sont pour l'instant refusés à un embargo. L'Europe est, dans son ensemble, nettement plus dépendante des approvisionnements russes, qui représentent 40% de ses besoins en gaz naturel et 30% environ pour le pétrole.

Seulement 8% de pétrole russe aux USA

En revanche, seules 8% des importations américaines de brut et produits pétroliers venaient de Russie en 2021. Par ailleurs, les Etats-Unis n'importent pas de gaz russe.

Initialement réticent à l'idée d'un embargo, qui risque d'accélérer encore l'inflation aux Etats-Unis, Joe Biden a été mis sous pression par le Congrès, où un consensus avait été trouvé lundi en vue de soumettre au vote une proposition de loi en ce sens.

"C'est la bonne décision à prendre", a commenté, sur la chaîne CNBC, le sénateur républicain du Texas Ted Cruz. "L'étape suivante, c'est de travailler avec l'Europe pour qu'elle fasse la même chose, se sèvre du pétrole et du gaz russes."

Pour M. Cruz, l'embargo est "un moyen de stopper (le président russe Vladimir) Poutine là où il est vulnérable. (...) Tous ses revenus proviennent de la vente de pétrole et de gaz. Si vous l'en privez, c'est comme ça que vous arrêtez la guerre en Europe."

"Nous allons voir une augmentation des prix du carburant ici aux Etats-Unis", a prévenu, sur la chaîne CNN, le sénateur démocrate du Delaware Chris Coons, et "en Europe, ils vont voir des hausses spectaculaires. C'est le prix de la défense de la liberté et du soutien au peuple ukrainien".

LP avec l'AFP