RMC

Guerre en Ukraine: nouvelles frappes russes sur les infrastructures énergétiques ukrainiennes

L'Ukraine a dénoncé des frappes "massives" de dizaines de missiles russes jeudi matin visant plusieurs régions, dont la capitale Kiev, une nouvelle salve destinée à détruire les infrastructures énergétiques du pays en plein hiver.

Si l'armée ukrainienne s'est félicitée d'avoir abattu 54 des 69 missiles russes lancés sur le pays, ce jeudi, l'Ukraine se retrouve confrontée à des nouveaux dégâts sur son réseau électrique, déjà très endommagé par près de trois mois de bombardements de ce type, a annoncé le commandant en chef des forces armées de Kiev, Valéry Zaloujny.

L'armée de l'air a par la suite fait aussi état de 11 drones explosifs Shahed, de fabrication iranienne, qui ont été détruits. Dans un premier temps, la présidence ukrainienne avait parlé de 120 attaques.

"L'ennemi attaque l'Ukraine sur plusieurs fronts, avec des missiles de croisière tirés depuis des avions et des navires", s'est félicitée l'armée de l'air sur les réseaux sociaux.

Dans le même temps, un missile antiaérien ukrainien s'est écrasé jeudi au Bélarus, ont affirmé les autorités de cette ex-république soviétique alliée de la Russie et soutenant son offensive contre l'Ukraine.

Lviv privé à 90% d'éléctricité

Après une série de revers militaires sur le terrain à la fin de l'été et à l'automne, le Kremlin a changé de tactique et commencé en octobre à frapper régulièrement, avec des salves de dizaines de missiles et de drones, les transformateurs et centrales électriques de l'Ukraine, avec à la clef de graves pénuries énergétiques et des millions d'Ukrainiens plongés dans le froid et le noir. Les bombardements de jeudi interviennent à quelques jours du Nouvel An, principale fête de famille en cette saison dans la plupart des pays de la région.

Lviv, la grande ville de l'ouest de l'Ukraine, était à 90% privée d'électricité jeudi après ces frappes. A Kiev, à la mi-journée, 40% des habitants étaient sans électricité du fait des frappes sur des infrastructures à l'extérieur de la ville. Selon un responsable militaire de la ville, la défense antiaérienne a pu abattre la totalité des 16 missiles russes ayant visé la capitale.

"Chargez vos téléphones et autres appareils. Faites des réserves d'eau", a écrit sur Telegram, à l'attention de ses administrés, le maire de Kiev, Vitali Klitchko.

A Odessa, grand port du sud-ouest de l'Ukraine, 21 missiles russes ont été abattus par la défense antiaérienne ukrainiennes, selon le gouverneur Maksym Martchenko. Mais d'autres ont touché leur cible, si bien qu'il y a "des coupures de courant" dans la ville, a-t-il précisé. Dans le même temps, à Kharkiv, dans le nord-est, à la frontière avec la Russie, des bombardements ont également visé "l'infrastructure critique", selon le gouverneur Oleg Sinegoubov, ajoutant que "le bilan des destructions et des victimes était en train d'être établi".

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Une bataille pour le contrôle de Bakhmut

En conséquence de ces frappes russes sur les infrastructures militaires, Kiev réclame en conséquence à ses alliés occidentaux d'augmenter urgemment son aide militaire pour doter le pays de plus de système de défense antiaérienne. Les combats continuent en outre de faire rage, avec une bataille particulièrement sanglante pour Bakhmut, ville de l'Est que la Russie tente de conquérir depuis des mois, et Kreminna, que les forces ukrainiennes tentent de reprendre. Kherson, grande ville du sud d'où les forces russes ont fui le 11 novembre, est désormais la cible de frappes russes presque quotidiennes.

Côté russe, la défense antiaérienne russe a abattu jeudi "un objet non identifié" près de la base militaire clé d'Engels, située à 500 kilomètres de la frontière ukrainienne et déjà frappée lundi par une attaque meurtrière au drone attribuée à l'Ukraine.

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez avec AFP Journaliste RMC