RMC

"L'Europe au quotidien": une directive européenne menace les pompiers volontaires

Quelle est l'influence de l'Europe dans notre vie de tous les jours? Focus ce vendredi sur les pompiers qui s'inquiètent d'une directive qui pourrait tout changer dans leur fonctionnement.

Une directive de Bruxelles, qui n'est pas encore entrée en vigueur, menace le système de volontariat dans les casernes de pompiers. Les sapeurs-pompiers français et allemands ont interpellé les candidats durant la campagne, parce que Bruxelles voudrait que les interventions des pompiers volontaires sont considérées comme du travail.

Menace directe donc sur 80% des sapeurs pompiers en France: il faudrait respecter 11h de repos quotidien, et donc attendre 11h après la fin de son "vrai" travail pour venir servir les sapeurs pompiers !

D'autant plus que les coûts engendrés par le paiement des salaires et cotisations sont faramineux: +50% de budget par service départemental d'incendie et de secours.

"C'est un choix de vie, on a choisi de vivre avec ce rythme"

Dans une caserne du sud de la France, à Mimet (mi-mai) en Provence-Alpes-Cote-d'Azur, l'inquiétude règne.

"Un dimanche, après 24 heures d'engagement volontaire, légalement je ne pourrais pas reprendre mon poste professionnel le lundi et inversement", explique Alexandre, éducateur et pompier volontaire. "C'est un choix de vie, on a choisi de vivre avec ce rythme."

Bernard Schifano, président de l'Union départementale des sapeurs-pompiers du 13, explique que sans les pompiers volontaires ce serait impossible que la caserne soit opérationelle. "Ici le ratio est simple: c'est un professionnel pour 70 volontaires."

En France, le gouvernement s'est engagé à sanctuariser le volontariat mais ce sont bien 80% des effectifs de caserne que Bruxelles menace aujourd'hui.

Thomas Chupin (avec James Abbott)