RMC

Malgré les menaces, Nancy Pelosi a atterri à Taïwan, Pékin annonce des "actions militaires ciblées"

Vive tension autour de Taïwan, ce mardi 2 août 2022. Malgré les avertissements de la Chine, Nancy Pelosi, présidente de la chambre américaine des représentants, a atteri sur l'île. Pékin a immédiatement dénoncé cette visite et annonce des actions militaires ciblées en réponse.

Cette visite est considérée comme une grave provocation par la Chine. Nancy Pelosi, cheffe des députés américains, a atteri à Taïwan, ce mardi 2 août 2022 vers 16h40 (heure française).

Des relations déjà tendues entre Washington et Pékin

Pékin a immédiatement dénoncé l'attitude "extrêmement dangereuse" des États-Unis. Dans un communiqué, le ministère chinois des Affaires étrangères a dit que le pays tentait "d'utiliser Taïwan pour contenir la Chine". La Chine a ensuite annoncé des "actions militaires ciblées" en réponse à cette visite.

L'opération de l'armée vise à "défendre résolument la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale et à fermement contrecarrer les ingérences extérieures et les tentatives séparatistes d''indépendance de Taïwan'", a déclaré Wu Qian, un porte-parole du ministère chinois de la Défense.

Washington "ne cesse de déformer, d'obscurcir et de vider de tout sens le principe d'une seule Chine, d'intensifier ses échanges officiels avec Taïwan et d'encourager les activités séparatistes 'indépendantistes' de Taïwan. Ces actions, comme jouer avec le feu, sont extrêmement dangereuses", a indiqué le ministre chinois des Affaires étrangères un peu plus tôt.

Quelques minutes avant l'arrivée de Nancy Pelosi, des avions de chasse chinois avaient traversé le détroit de Taïwan.

"Soutien inconditionnel de l'Amérique"

De son côté, la présidente de la chambre américaine des représentants a affirmé que "la visite de notre délégation parlementaire à Taïwan démontre le soutien inconditionnel de l'Amérique à la dynamique démocratie de Taïwan" et que celle-ci ne "contredit" pas la politique américaine vis-à-vis de la Chine.

Des centaines de milliers de personnes ont suivi l'avion

Quelques minutes après le départ de Nancy Pelosi de Malaisie, le trajet de son avion a été scruté sur internet. Plusieurs centaines de milliers de personnes étaient sur le site Flightradar24, qui permet de suivre le trafic aérien en temps réel.

Pékin considère toujours cette île comme une partie de son territoire à réunifier, même par la force si nécessaire, et ce malgré environ 70 ans de séparation.

A.B avec AFP