RMC

"Coup dur" pour les Russes: le Moskva, navire amiral en mer Noire, a coulé

Le navire phare de l'armée russe, le Moskva, a coulé jeudi. Les Ukrainiens assurent l'avoir touché, les Russes disent avoir subi un incendie. Les deux cas de figure sont un coup dur pour la Russie et laissent craindre une escalade des tensions.

Un sérieux revers. L'armée russe a connu une lourde perte en annonçant jeudi que son croiseur Moskva avait coulé. Ce bateau, qui est le navire amiral de la flotte russe en mer Noire, a sombré lors de son remorquage. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les Russes avaient d'abord annoncé que ce navire lance-missiles de 186 mètres de long avait été "gravement endommagé" par un incendie qui a provoqué l'explosion de munitions. Les 500 membres d'équipage ont pu être évacués.

Le camp ukrainien a revendiqué de son côté un bombardement mercredi, fatal pour le vaisseau. "C'est dans les deux cas un coup dur pour la Russie. Soit c'est juste de l'incompétence, soit ils ont été attaqués. Dans les deux cas, ce n'est pas bon pour eux", selon Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis.

La réaction de Poutine à craindre?

De son côté, le ministère russe de la Défense évoque simplement un incendie dû à une explosion de munitions à bord. Quoi qu'il en soit, c'est un "coup dur" militaire pour les Russes, selon le Pentagone.

"C'est un élément-clé de leur effort pour établir une domination navale en er Noire, donc ça va avoir un effet sur leurs capacités", a lancé John Kirby, porte-parole du Pentagone.

Le vaisseau, équipé de missiles anti-navires, servait notamment à empêcher le déploiement de la marine ukrainienne dans la mer Noire.

Un revers si important que la CIA met en garde: mis en difficulté, le président Poutine pourrait se tourner vers un recours à des armes nucléaires tactiques ou de faible puissance selon les services secrets américains.

La Russie a également accusé jeudi l'Ukraine d'avoir bombardé un village en Russie, ce que l'Ukraine réfute. "Si de tels événements se poursuivent, des frappes seront menées par l'armée russe sur des centres de prise de décision, y compris à Kiev, ce que l'armée russe s'est retenue de faire jusqu'à présent", a mis en garde Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense, sans préciser si cette expression désignait exclusivement des objectifs militaires.

La rédaction avec J.A.