RMC

"On est en mode survie": sur RMC, un Français raconte la course dévastatrice de l'ouragan Ida en Louisiane

Des centaines de milliers de logements sont déjà privés d'électricité à la Nouvelle-Orléans.

Des bourrasques jusqu'à 240 km/h... L'ouragan Ida poursuivait dimanche sa course dévastatrice en Louisiane, 16 ans jour pour jour après les ravages de Katrina.

Classé en catégorie 4 à son arrivée sur les côtes de Louisiane, Ida est passé en catégorie 3 en début de soirée, la même catégorie que Katrina qui avait dévasté cet Etat du sud des Etats-Unis en 2005. Il s'agit de l'un des épisodes météorologiques les plus puissants des dernières décennies à frapper cette région du sud des Etats-Unis.

"C'est un cyclone potentiellement mortel", a souligné le président Joe Biden, qui s'est rendu dimanche au siège de l'agence américaine de gestion de crise (FEMA). Le président américain a exhorté la population à prendre au sérieux l'ouragan Ida, qui a touché terre peu avant midi.

A la Nouvelle-Orléans, des rafales de vent s'engouffraient dans des rues désertées, tous les magasins, stations-service et maisons étant barricadés et le quartier français ayant fini par se vider. 

"On est en mode survie": sur RMC, un Français raconte la course dévastatrice de l'ouragan Ida en Louisiane
"On est en mode survie": sur RMC, un Français raconte la course dévastatrice de l'ouragan Ida en Louisiane © AFP

La force des bourrasques avait détaché dimanche après-midi deux navettes fluviales à la Nouvelle-Orléans. Une a été récupérée tandis que l'autre était toujours ballottée dans le fleuve Mississippi, selon les journaux locaux.

"Une fois que l'ouragan sera passé, vous devez pour préparer à rester à l'abri où vous vous trouvez pour au moins 72 heures", a déclaré le gouverneur de l'Etat, John Bel Edwards.

C'est le cas de Joseph, un Français expatrié. Sa maison a déjà été touchée par des inondations lors de précédents ouragans. Ce père de famille s'est réfugié dans sa résidence secondaire à Greensburg, à 130 kilomètres de la Nouvelle-Orléans.

"On est en mode action, en mode survie. On a de l'eau, du vin, de quoi manger... On va s'asseoir ensemble, écouter ce qu'il se passe à l'extérieur et essayer de ne pas trop s'inquiéter. On est sûrs de vivre une nuit blanche parce que, sans pouvoir voir ce qu'il y a autour de soi, quand il y a du vent, des arbres qui tombent, des branches qui tombent, quand l'électricité coupe... c'est un petit peu inquiétant quand même" raconte-t-il.

"J'ai vécu plusieurs ouragans, mais là c'est différent"

Plus de 410.000 foyers étaient privés d'électricité vers 16H00 heure locale, selon le site spécialisé poweroutage.us. Le niveau de l'océan était de plus d'un mètre et demi au-dessus de sa moyenne habituelle haute à plusieurs endroits, rapporte le Centre américain des ouragans (NHC).

Pierre-Auguste, qui vit en plein centre de la Nouvelle-Orléans, confie son inquiétude:

"On a barricadé les portes et les fenêtres. Là, au moment où je vous parle, il n'y a plus de courant. Le vent a soufflé vraiment très fort. La pluie ne s'arrêtait pas de tomber, de tomber... Il y a beaucoup de rues inondées. Un arbre est tombé sur la maison de mes voisins. Je suis stressé. J'ai vécu plusieurs ouragans, mais là c'est différent. Un ouragan d'une telle intensité, c'est la 1ere fois".

Ida "sera l'un des ouragans les plus puissants à frapper la Louisiane depuis au moins les années 1850", prévenait samedi le gouverneur. "Ne sortez pas", ont donc martelé tout le week-end les services météorologiques américains, qui recommandent aux habitants de se réfugier dans une pièce sans fenêtres de leur domicile et de s'y calfeutrer.

Le souvenir de Katrina, qui avait touché terre le 29 août 2005, il y a exactement 16 ans, est encore douloureux en Louisiane: plus de 1.800 personnes avaient péri et les intempéries avaient causé des dizaines de milliards de dollars de dégâts.

La rédaction de RMC avec AFP