RMC

Plusieurs morts et des dizaines de blessés après des explosions à l'aéroport de Kaboul: ce que l'on sait

L'ambassadeur français en Afghanistan, David Martinon, appelle à se mettre à l'abri "de toute urgence".

Des explosions d'origine encore indéterminées ont eu lieu jeudi aux abords de l'aéroport de Kaboul, ont annoncé les Etats-Unis, alors que des milliers d'Afghans y sont massés pour tenter de fuir leur pays avant la fin prochaine des vols d'évacuation affrétés par les Occidentaux.

Selon un premier bilan, les "deux explosions" ont fait au moins 5 morts et une dizaine de blessés dans l'explosion à l'aéroport de Kaboul, précise l'AFP et le Pentagone. Des Américains sont parmi les victimes de l'"attentat", précise les Etats-Unis. 

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, avait auparavant indiqué que deux explosions avaient eu lieu à proximité de l'aéroport, dont l'une était "le résultat d'une attaque complexe qui a débouché sur un certain nombre de victimes américaines et civiles".

Le président américain Joe Biden est tenu informé des développements après les explosions ayant eu lieu jeudi près de l'aéroport de Kaboul, a annoncé la Maison Blanche.

Le président "se trouve dans la Situation room", la salle de crise de la Maison Blanche, a déclaré un responsable sous couvert d'anonymat.

"Mettez-vous à l'abri"

"À tous nos amis afghans: si vous êtes près des portes de l'aéroport, éloignez-vous de toute urgence et mettez-vous à l'abri. Une deuxième explosion est possible", a d'abord écrit l'ambassadeur français en Afghanistan, David Martinon, avant d'indiquer dans un second message qu'aucun soldat, policier ou diplomate français n’avait été engagé jeudi à Abbey Gate" à l'aéroport de Kaboul, près du lieu où est survenue une explosion.

L'ambassadeur de France en Afghanistan "opèrera depuis Paris" d'ici quelques jours pour des questions de sécurité, a par ailleurs indiqué mercredi le président français Emmanuel Macron. 

"Compte tenu des conditions de sécurité, l'ambassadeur français ne restera pas pour le moment en Afghanistan", a-t-il indiqué à Dublin, où il se trouvait pour une visite de travail. Il restera ambassadeur (...). Par contre, pour des raisons sécuritaires, il opèrera depuis Paris". 

Un attentat suicide?

Selon les premiers éléments qui remontent, notamment via les réseaux sociaux, il pourrait s'agir de plusieurs explosions, dont un attentat-suicide. Certains y voient l'ombre du groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui entretient une haine tenace à l'encontre des talibans, les nouveaux maîtres de l'Afghanistan.

Dans la nuit, les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni avaient émis simultanément des mises en garde très précises et presque identiques sur des menaces d'"attentat terroriste" dans la zone de l'aéroport, à l'approche de la date butoir prévue pour le retrait des forces américaines d'Afghanistan, le 31 août.

Les personnes "se trouvant actuellement aux entrées Abbey, Est et Nord devraient partir immédiatement", avait indiqué Washington en invoquant des "menaces sécuritaires", après que le président Joe Biden eut déjà évoqué mardi la possibilité d'un attentat du groupe jihadiste État Islamique (EI), rival des talibans en Afghanistan ces dernières années.

Ces avertissements sont intervenus après que le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a assuré que les talibans s'étaient engagés à laisser partir les Américains et les Afghans à risque se trouvant encore dans le pays après le 31 août. L'Allemagne a précisé avoir eu l'assurance qu'ils pourraient prendre des vols commerciaux.

Malgré une situation chaotique, plus de 95.000 personnes ont été évacuées depuis la mise en place du pont aérien le 14 août, à la veille de l'entrée des talibans dans Kaboul et de leur prise du pouvoir, selon Washington. Quelque 13.400 l'ont été entre mercredi et jeudi, un chiffre en baisse par rapport aux derniers jours. Plusieurs pays ont plaidé en vain pour une extension du délai au-delà du 31 août, estimant qu'il ne serait pas possible d'évacuer tout le monde d'ici là.

L'opération française actuelle en Afghanistan s'achèvera totalement vendredi soir, échéance après laquelle "on ne peut plus procéder aux évacuations à partir de l'aéroport de Kaboul", a annoncé jeudi le Premier ministre français Jean Castex. Cette date-butoir est "imposée par les Américains" dont le dispositif, essentiel à la sécurité de l'aéroport, se retirera définitivement le 31 août.

La rédaction de RMC avec AFP