RMC

Qui sont les enfants de jihadistes rapatriés ?

Plus de 210 enfants de jihadistes français seraient toujours dans des camps de l'est du Kurdistan syrien.

Les douze enfants, dix français et deux hollandais sont "particulièrement vulnérables", selon le ministère des Affaires étrangères qui a piloté le rapatriement. Détenus dans deux camps du Kurdistan syrien, à Al-Hol et à Roj les filles et les garçons auraient entre 1 et 12 ans et comptent parmi eux dont deux fratries de deux enfants chacune.

Tous ne sont pas orphelins. C'est le cas notamment du fils de 3 ans de Yassine Sakkam, un jihadiste français condamné à mort en Irak en mai dernier et incarcéré. Parti de Lunel (Hérault) pour la Syrie en décembre 2014, il avait été rejoint par sa compagne un an plus tard, venue avec sa fille d'un père différent.

Accord maternel

Âgée de 9 ans elle aussi été rapatriée avec un autre enfant du couple né en Syrie. Le petit garçon et la petite fille étaient avec leur mère dans un camp. Cette dernière a donné son accord pour qu'ils retournent en France, sans elle.

Selon le dernier recensement établi par le Centre d’analyse du terrorisme, plus de 210 enfants de jihadistes français, dont les trois-quarts ont moins de cinq ans, sont détenus dans les camps de l'est du krudistan syrien.

Gwladys Laffitte (avec Guillaume Dussourt)