RMC

"J'ai investi toute la cagnotte de mon anniversaire": cette auto-école de Montpellier a disparu laissant des étudiantes désemparées

RMC S'ENGAGE POUR VOUS - Tous les matins, à 6h50, Marie Dupin et la rédaction de RMC trouvent des solutions aux questions et problèmes du quotidien des auditeurs.

Elles y ont mis un grosse partie de leurs économies...  Des étudiantes de Montpellier sont totalement désemparées: leur auto-école a disparu du jour au lendemain avec leurs économies après avoir versé une petite somme pour pouvoir passer leur permis.

C'est le cas d'Inès, 21 ans, qui a donc cassé sa tirelire pour passer le permis. Elle a versé plus de 800 euros à une auto-école de la ville. Sauf que lorsqu'elle a voulu commencer les cours de code: l'auto-école avait disparu. Envolée. 

>> A LIRE AUSSI - "J'ai peur qu'elle nous tombe sur la tête": un dos d'âne menace la maison de Christine dans la Vienne

À la place, elle a trouvé un restaurant de pâtes à emporter.

“J’ai économisé des sous parce qu’en fait, je suis en apprentissage et j’ai utilisé la cagnotte de mon anniversaire de mes 20 ans pour m’inscrire. Et quand j’ai voulu commencer les cours, l’école était fermée. 
Pour l’instant, je ne peux même pas le repasser puisque mon dossier est chez eux et puis je n’ai pas les moyens financiers en ce moment de repasser un deuxième permis”, indique-t-elle.

Inès assure qu'elle n'a jamais été prévenue de la fermeture de l'auto-école. Idem pour Bregnev et Nadia, deux autres étudiantes. Il faut préciser que leur contrat d'un an était arrivé à terme. Mais avec la pandémie et les confinements à répétition, elles espéraient que l'auto-école ferait preuve de plus de souplesse.

"J'ai payé 1000 euros"

“On n’a eu aucun mot, c’est à dire qu’on est passées devant et on a vu qu’il n’y avait plus les locaux et c’est tout”, indique la première.

"Pour moi, c’était tellement évident que pendant la période de pandémie, tout le monde allait s’adapter. Le Président nous a même invité à nous confiner à la campagne pour ne pas devenir fou. Donc c’était invraisemblable de se retrouver avec une école qui ne tient pas du tout compte de cette réalité. 
Surtout qu’une auto-école fournit un service pour des jeunes, des étudiants. Finalement, j’ai payé 1000 euros et je n’ai fait aucun cours de code et aucun cours de conduite”, précise l’autre.

RMC a finalement réussi à contacter la gérante de cette auto-école qui a d’autres centres en France. Concernant Inès, elle nous a promis que c'était une erreur, qu'elle allait être remboursée. 

Pour nos deux autres étudiantes en revanche, elle ne veut rien entendre puisque leurs contrats étaient bel et bien arrivés à échéance.

Quels recours?

Cependant selon la responsable du service juridique de "60 Millions de Consommateurs", elles ont quand même des recours.

“La première étape, c’est de se faire un récapitulatif. Ensuite la règle numéro deux, c’est d’essayer de négocier à l’amiable puis ensuite si l’auto-école n’accepte pas l’arrangement, il faut se reporter à son contrat où il doit y avoir une rubrique litige qui va indiquer quel est le médiateur de la consommation", explique-t-elle.

En tout cas, s'il y a bien une leçon à tirer de cette affaire, c’est qu’avant de signer un contrat avec une auto-école, il faut bien regarder la durée du contrat pour ne pas se retrouver dans ce genre de situation.

Marie Dupin et Anne-Lyvia Tollinchi avec Guillaume Descours