RMC

Le destin incontrôlable de Loana, première star de téléréalité française

LE PORTRAIT DE POINCA - RMC Story diffuse ce mardi soir un documentaire sur la vedette de télé-réalité, 20 ans après la première édition de Loft story.

Loft Story a été un tsunami, une hystérie française. Pendant 10 semaines, en avril 2001, 11 jeunes ont été enfermés dans un loft et filmés 24 heures sur 24. Et pendant 10 semaines la France n’a plus parlé que de cela.

Ce premier jeu de télé-réalité française a été remporté par une fille et un garçon. Le garçon, Christophe, a disparu, la fille fait encore parler d’elle, régulièrement.

Loana Petrucciani, dite Loana tout court. Elle a aujourd’hui 43 ans. Il y a 20 ans, elle était "Gogo danseuse" à Nice. Elle sortait d’une enfance malheureuse. Sa mère l’avait abandonné à la garde de son père alcoolique et violent. Elle avait déjà un enfant mais la garde lui avait été retirée.

"Je me suis toujours montrée telle que j'étais"

Et dans le Loft, cette jeune fille de 23 s’est pris la célébrité en pleine face, lorsque la France entière l'a vue s’ébattre dans la piscine avec Jean-Edouard.

Aujourd’hui dans une interview au Parisien, elle dit qu’elle n’était pas venue chercher la notoriété, que personne ne pouvait deviner ce qui allait se passer. Elle avait simplement répondu à une annonce qui disait: "Venez si vous cherchez le grand amour”. Ce qu’elle n’a pas trouvé. Pas dans le Loft et pas par la suite. Ou alors pas longtemps.

Depuis 20 ans, Loana gère sa nouvelle vie. Sa vie qui a commencé en sortant du Loft, dit-elle, et qui n’a pas été un conte de fée. Elle s’est essayée à la chanson avec un succès et des échecs. Elle a été un peu mannequin, un peu styliste, a fait d’autres téléréalités, Les anges à Miami.

Mais elle a surtout fait la Une de la presse people pour ses tentatives de suicides: elle en a compté neuf. Et plusieurs comas. Et des agressions et des violences conjugales. Et des séjours en hôpital psychiatrique. Le dernier, elle en sort à peine. Hospitalisée en février après une overdose.

Plus de spectaculaires prises de poids. Dans le Parisien elle dit: "Je reviens de 140 kilos, je suis à 69". 

Elle explique qu’elle a joué avec la mort sans jamais rien cacher: "Que je sois grosse", dit-elle, "que je sois droguée, que je sois alcoolique, je me suis toujours montrée telle que j'étais".
Nicolas Poincaré (avec J.A.)