RMC

Comment fabrique-t-on le tube de l'été ?

Plusieurs chansons sont en lice pour devenir le tube de l'été. Mais pour le réaliser, il y a quelques paramètres à respecter.

C’est la star des hits depuis le début de l’été. Elle avait déjà cartonné l’année dernière avec "Djadja". Aya Nakamura est pour l’instant numéro 1 en France sur les plateformes d'écoute en ligne Spotify et Deezer, avec sa chanson Jolie Nana. Et, c’est la seule artiste française à apparaître dans les classements internationaux. Parmi les autres titres côté français, on retrouve "Djomb" du rappeur Bosh. 

On retrouve des habitués de la scène internationale comme Jason Derulo avec le titre "Savage Love", ou les Black Eyed Peas dont on ne présente plus la chanson "Mamacita"

Quelle est la recette magique pour créer un tube de l’été ?

Il n’y a pas de recette mais quelques ingrédients qui peuvent faire la différence. D’abord, un rythme qui invite à se déhancher : on pense forcement aux "Démons de minuit" évidemment, c’était le tube de l’été 86. 

Ensuite, il faut un air qui reste en tête. Au hasard, “La Lambada” sorti en 89. Attention, ça ne marche pas à tous les coups, il peut y avoir des surprises comme “L’aigle noir de Barbara”, pas vraiment une chanson dansante. 

Deux impératifs en revanche. Le titre doit sortir au printemps, mars-avril pour qu’il ait le temps d’être connu et repéré avant l’été. Et ensuite, la chanson doit être matraquée et passer en boucle en juillet en août. Et en septembre on continue de l’écouter pour se replonger dans les souvenirs de l’été.

Depuis quand parle-t-on du tube de l’été

On parle de tube de l’été depuis les années 50. Le célèbre écrivain Boris Vian travaillait à ce moment-là dans une maison de disque. À cette époque une chanson à succès, s’appelait un saucisson pour se moquer des chansons légères. Il décide de les renommer avec un peu de mépris... tube. Ça a la même forme qu’un saucisson mais c’est creux. La première artiste à faire un tube c’est Dalida avec "Bambino". Mais le premier vrai tube de l’été c’est "Aline", de Christophe en 1965.

Le tube de l’été une chanson d’époque et une opportunité économique incroyable

Chacun d’entre nous a des souvenirs sur un tube de l’été sur lequel on danse en boite de nuit, au camping, aux soirées d’anniversaires et donc ce sont souvent des titres qui nous rassurent, nous plongent dans la nostalgie de moments passés.

Aujourd’hui un tube de l’été s’écoule à 200.000 exemplaires avant c’était 2 millions, sans compter les droits d’auteurs. Ça reste donc une excellente opération commerciale pour la maison de disque, et les artistes, compositeurs et interprètes. Une seule chanson peut lancer ou relancer une carrière. Mais certains succès sont sans lendemain. Patrick Hernandez par exemple, n’est connu que pour son tube de l’été "Born to be Alive", c’était en 1979.

Caroline Philippe