RMC

13-Novembre: "On n'a pas les commanditaires, donc je n'attends pas grand chose": des rescapés des attentats résignés malgré le procès

Entre impatience que justice soit faite et prise de distance pour éviter de rouvrir les plaies, les rescapés des attentats du novembre 2015 vivent l'ouverture du procès ce mercredi de façon très différentes.

Le procès historique des attentats du 13-Novembre s'ouvre ce mercredi à Paris. Un procès attendu par certaines victimes qui espèrent pouvoir ensuite tourner la page, alors que d'autres préfèrent prendre leurs distances, de peur de revivre leurs traumatismes.

Deux rescapés des attentats du 13 novembre que nous avons rencontré appréhendent ce procès de façon différente. Pourquoi cette salle de concert ? Pourquoi ce soir-là ? Franck rescapé du Bataclan espère des réponses concrètes sur les attentats. Partie civile, il assistera au procès dès son ouverture ce midi.

"Le trouble post-traumatique, c'est comme un cancer, ça vous bouffe tous les jours"

"J'attends que la justice s'applique. J'attends aussi que toute la lumière soit faite sur le mécanisme, sur le comment. Je vais aller expliquer, déjà ce que j'ai vu, et surtout parler de l'après, car ça a eu des conséquences. Le trouble post-traumatique, c'est comme un cancer, ça vous bouffe tous les jours."

Cyril un autre rescapé suivra les audiences de loin. Il craint de revivre des moments douloureux et à la conviction que les vrais responsables seront absents du box des accusés.

"Ca ne ferme rien en fait"

"Pour tous les gens qui ont participé à ça, c'est normal qu'ils soient condamnés. Maintenant ceux qui ont agi et qui ont tué des gens au Bataclan, ceux-là, ils ne sont pas là. On n'a pas les vrais auteurs et pas les commanditaires, donc je n'attends pas grand chose, ça ne me fera pas changer mon quotidien. Ca ne ferme rien en fait."

Durant les 9 mois de procès, les débats seront intégralement retransmis sur une webradio sécurisée accessible uniquement aux parties civiles et à leurs avocats. 

>>> A LIRE AUSSI - Attentats du 13-Novembre: les chiffres-clés qu'il faut connaître avant le procès

Maxime Brandstaetter et Jean-Baptiste Bourgeon (avec J.A.)