RMC

Enlèvement de Mia dans les Vosges: comment les kidnappeurs ont réussi à tromper la grand-mère de la fillette?

RMC
Deux hommes se sont présentés mardi au domicile de la grand-mère de la petite Mia pour l'enlever. Ils ont réussi à l'emmener par la ruse et partir avec elle dans une camionnette conduite par un troisième complice.

Les recherches pour retrouver la petite Mia, 8 ans, se poursuivent. Mais on en sait plus sur les conditions de son enlèvement, et sur le profil de sa mère qui intrigue les enquêteurs. La fillette, enlevée aux Poulières dans les Vosges mardi, alors qu'elle se trouvait chez sa grand-mère, a été victime d'une opération extrêmement rôdée.

Lorsque les 2 hommes sonnent à la porte, c'est en temps que professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse, qu'ils se présentent. Devant la grand-mère de Mia, ils exhibent des papiers portant des entêtes du ministère de la justice, puis citent le nom d'éducateurs connus de la petite fille. Et la tromperie opère. Prétextant un rendez-vous dans les locaux des services de protection, ils finissent par embarquer Mia dans une camionnette conduite par un complice.

>> A LIRE AUSSI - Vosges: une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes au domicile de sa grand-mère

"Partir en camping-car"

Derrière cet enlèvement, plane l'ombre de la mère dont le profil interroge les enquêteurs. D'après le procureur de la République d'Epinal, privée de la garde de sa fille, elle refusait de l'envoyer à l'école, et ce alors que sa demande de scolarisation à domicile avait été rejetée, Une mère qui projetait également d'après les enquêteurs "de partir en camping-car, pour passer en dessous des radars de la société". 

Le dispositif Alerte Enlèvement avait été déclenché mardi avant pourtant d'être levé dans la soirée: "Il n'y a pas de volonté cachée: l'enquête doit se poursuivre, le message est passé, les gens savent comment faire pour donner des éléments et nous souhaitons que l'enquête se poursuivre. Tous les moyens sont déplacés", avait assuré sur RMC Rémy Heitz, le procureur de la République d'Epinal.

>> A LIRE AUSSI - Fillette enlevée dans les Vosges: "Ce n'est pas parce que le dispositif a été levé qu’il ne faut pas poursuivre les messages", assure le procureur d'Epinal

Alfred Aurenche (avec Guillaume Dussourt)